Atelier1083

  • Appel à Projet Jourdan : notre dossier

    Posté le 7 mai 2016 par thomas Il y a 7 commentaire(s)

    Après l’ouverture de notre boutique Modetic dans une maison de famille en 2007 à Romans, nous avons diversifié en 2013 nos activités en créant la marque 1083 : des jeans et baskets éco-conçus et entièrement fabriqués en France. Notre concept est de fabriquer des vêtements et chaussures à moins de 1083km de nos clients, car 1083km est la distance qui sépare les deux villes les plus éloignées de l’hexagone !
    Lancée grâce au financement participatif en 2013 (une des plus grosses campagnes françaises avec 110 000 € levés), 1083 s’appuie sur une démarche sincère, virale et transparente autour de laquelle une communauté très investie se constitue naturellement : nos clients sont nos meilleurs ambassadeurs, ce sont eux qui font toute la dimension de 1083.
    Cette stratégie systématiquement participative est notre ADN et elle est la clé de notre développement actuel et de notre potentiel futur.
     
    En trois ans :

    • nous avons créé 21 emplois en France (dont 15 sur l’agglomération) ;
    • nous sommes les symboles du renouveau du made in France au niveau national ;
    • nous réunissons plus de 20 000 fans Facebook très actifs ;
    • nous sommes passés de 230 k€ de CA en 2013 à 1 M€ en 2015. Pour l’exercice en cours, nous avons dépassé 1 M€ en 6 mois seulement.

    OffreFB1083

    Notre marque appuie sa communication sur la transparence et la sincérité, et sa stratégie sur la simplicité et l’agilité. Grâce à ces 4 mots clés, 1083 connaît une croissance importante depuis ses débuts en 2013, avec un modèle économique en « circuit court » très performant.
    Être une marque virale (dont nos clients ont envie de parler pour le fond et pour la forme) et captive (quand on découvre les coulisses d’une aventure, on en devient acteur) nous permet de faire équipe avec nos clients qui participent directement à notre développement commercial.
     
    Cette démarche innovante (et beaucoup plus performante que la vieille carte de fidélité !) est très puissante en e-commerce car Internet concentre les marchés. À la différence du « retail » où chaque ville a sa rue numéro 1, sur Internet il n’y a qu’une seule rue marchande : la première page de Google. La position de leader est donc fondamentale car elle permet systématiquement au leader de se développer plus rapidement que ses concurrents, et donc de prendre une irrémédiable avance sur tous. Chaque niche est dominée par un leader, qui laisse une petite place à 2/3 concurrents, et des miettes à tous les autres. C’est pour cela qu’il n’y a qu’un Google, qu’un Facebook, qu’un Twitter, qu’un Amazon, qu’un Tesla, etc.
     
    Tous ces éléments expliquent :

    • notre excellent taux d’engagement sur Facebook (5 à 10 %, alors qu’un taux d’engagement de 1 % est un objectif haut) ;
    • l’importante couverture médiatique dont nous bénéficions depuis 3 ans sans communiqué de presse ;
    • la puissance de l’équipe que l’on forme avec nos clients et nos partenaires ;
    • l’évolution de notre chiffre d’affaire depuis 3 ans : en 2013 nous clôturions notre exercice à 230 k€, en 2016 nous allons approcher les 2 M€.

     

    Stratégie Industrielle : simplicité et agilité

    Décider de fabriquer des jeans et des baskets n’est pas le fruit du hasard mais repose sur un constat simple ; ce sont les seuls articles de mode :

    • à être universels (sexe, CSP, confession, âge, etc.), ce qui constitue un marché important ;
    • non périssable car la mode des jeans et des baskets est beaucoup plus lente que la mode conventionnelle ;
    • dont la diversité d’offre est aussi étroite (en réalité il y a très peu de coupes/modèles différents).

    Les jeans et les baskets sont donc les articles de mode les moins risqués à produire et à stocker.
     
    Dans un secteur d’activité réputé en crise et sans avenir, notre croissance fait la preuve de la puissance de notre modèle économique en circuit court pour recréer des emplois en France. Mais si nous voulons redynamiser notre territoire et développer des emplois durables autour de savoir-faire remarquables, nous devons travailler à la reconstruction d’un écosystème local performant et complémentaire.
     
    Depuis 3 ans, nous travaillons déjà avec plus de 20 partenaires locaux :

    • en Drôme : Alina textile (tissage – Romans), Archer (fabrication des chaussures – Romans), EAC (boucles de ceintures, Bourg-de-Péage), Insoft (fabrication des chaussures – Châteauneuf-sur-Isère), Haase innovation (tricotage et confection des T-shirts - Manthes), Lycée Victor Hugo (développement textile - Valence), Lycée du Dauphiné (développement chaussures - Romans) , Magic Feet (piquage des chaussures – Saint-Donat), Max Vincent (fabrication des sandales - Mours), Spirales (marquage des T-shirts – Romans), VTD (coupe - Romans) ;<
    • en Auvergne-Rhône-Alpes : AJ Biais (Biais - Loire), JSD (étiquettes – Loire), Les tissages de Charlieu (tissage - Loire), Newton (Recyclage - Rhône), TAT (teinture - Loire), Tissage Mazet (tissage – Loire), Tucker (ceintures, Haute-Savoie), une Histoire de filles (confection des T-shirts – Loire) ;
    • et ailleurs en France : Création Anaïs (confection des jeans – Bouches-du-Rhône), Smuggler (confection des vestes – Haute-Vienne), Valrupt (filature, tissage – Vosges).

    Avec la croissance que nous connaissons, notre priorité est de développer nos capacités de production. Cela va permettre de réduire les délais de livraison, d’alimenter les revendeurs qui souhaitent nous distribuer, et de proposer de nouvelles coupes et de nouveaux modèles.
    Nous grandissons depuis 3 ans avec notre partenaire historique à Marseille qui fabrique aujourd’hui 1500 jeans par mois. Pour compléter, en réponse à l’augmentation de la demande, et construire une stratégie industrielle agile, nous avons décidé cet hiver :

    • de sous-traiter notre production chez des façonniers français supplémentaires ;
    • d’intégrer à Romans une partie de la production pour intégrer ces savoir-faire, pour compléter la production de nos partenaires, et pour présenter ces métiers à nos clients dans un concept touristique.

    AtelierRomans

     

    Stratégie Commerciale : simplicité et agilité (toujours !)

    Le positionnement de 1083 s’inspire des leaders du marché du jeans. Grâce à la suppression des intermédiaires, nous pratiquons un coefficient de 3 entre le prix de revient HT de nos jeans et le prix de vente TTC aux clients, quand nos concurrents décuplent leurs prix de revient pour rémunérer leur filière et leur structure.
    Ce modèle économique plus court est rentable :

    • Il est celui que nous connaissions en France à l’époque où notre pays s’industrialisait. C’était avant que des marques s’installent en intermédiaire de distribution, et délocalisent pour garantir leurs revenus sans augmenter leurs prix de vente. Ce modèle n’est structurellement plus accessible à nos marques concurrentes directes (89-109 €/jeans) car elles sont l’intermédiaire de trop ;
    • Il est aussi celui de marques comme H&M ou Zara qui raccourcissent leurs circuits non pas en verticalisant la production, mais par l’intégration de la distribution.

    Notre stratégie est de continuer à nous développer principalement sur Internet car le e-commerce :

    • est profondément inscrit dans les habitudes de consommation des Français ;
    • offre une importante maitrise des charges (par rapport à l’ouverture de nombreux points de vente qui coûte beaucoup plus cher en loyers, fonds de commerce et frais d’aménagements).

    Mais renforcer notre position de leader sur Internet demande :

    • d’avoir une offre et un service de qualité, beaucoup plus facile à construire en proximité de nos clients. C’est la raison d’être de notre enseigne multimarque éthique « Modetic » dont nos 2 points de vente à Romans et Grenoble nous permettent de qualifier l’offre de 1083 en l’enrichissant des avis directs de nos clients ;
    • de distribuer 1083 chez des revendeurs présents sur tout l’hexagone pour installer la notoriété de notre marque et bénéficier d’un levier d’action complémentaire ;
    • et de poursuivre notre démarche emblématique (comme Apple, Free, Virgin, Michel& Augustin par exemple) car c’est la stratégie la plus efficace pour développer nos ventes sur Internet. C’est la raison de l’opportunité unique qu’offre pour nous et pour le territoire, l’installation de 1083 dans cette formidable caisse de résonnance qu’est l’usine Charles Jourdan.

    Jourdan

    Notre marché offre un potentiel formidable : en 2015 nous avons vendu 10 000 jeans en France ; les Français consomment entre 60 et 90 millions de jeans par an…
    Étant donné la taille du marché, notre positionnement prix, notre modèle économique, notre position de leader, et l’équipe que nous formons avec nos clients, nous avons choisi de construire notre prévisionnel sur la base des hypothèses raisonnables suivantes :

    • l'augmentation des ventes de notre site Internet 1083.fr ;
    • le développement des revendeurs 1083 ;
    • la progression continue des ventes de nos points de vente Modetic ;
    • l’arrivée de nouveaux revenus liés aux visites touristiques à Romans.

     

    Projet architectural et urbain

    L’usine Charles Jourdan est un symbole emblématique de l’activité industrielle régionale. Il participe fortement à l’identité culturelle de la ville de Romans. Conserver et mettre en valeur ses volumes bâtis constitue le fil conducteur de notre intervention. Pour autant, intervenir avec respect sur un bâtiment existant ne suppose pas forcément de le conserver tel qu’il est dans son intégralité, ce qui reviendrait à le transformer en pièce de musée. Notre démarche, partagée par l’ensemble des acteurs, réside dans la volonté d’utiliser le bâtiment existant pour ses qualités intrinsèques et d’exploiter au mieux les possibilités qu’offre son architecture aux concepteurs, dans le cadre de la mise en œuvre du programme de 1083.
     
    Le premier atelier construit par Charles Jourdan a été complété au fur et à mesure du développement de l’entreprise, par une série de bâtiments construits à sa périphérie. De fait il est situé aujourd’hui au cœur du site. Sa couverture réalisée en plaques amiantées doit être entièrement déposée. Sa démolition permettra d’éclairer naturellement les façades intérieures de l’usine tout en créant un jardin intérieur qui sera un poumon vert, empreint d’esthétique industrielle.

    PlanMasse-mini

    L’entrée touristique du site se trouvera sur la façade Nord du bâtiment en lieu et place de l’escalier de secours qui a vraisemblablement été rajouté à une époque postérieure à la première construction. Sa démolition permettra de retrouver la trame structurelle d’origine et mettra en valeur les deux corps de bâtiment adjacents, qui présentent des morphologies différentes.

    VueNordEst-mini

    Cette faille constituera l’entrée principale du projet. Elle sera la colonne vertébrale de l’établissement, le lieu d’échanges entre les différentes fonctions. Conçue comme une rue intérieure, elle agira comme un prolongement de l’espace public vers l’intérieur du bâtiment.
    Coté Sud, l’accès à l’usine sera remis en activité et desservira la partie industrielle du nouvel ensemble.
    L’accès au restaurant s’effectuera depuis le perron Ouest du site existant, ce qui permettra d’avoir un accès indépendant.
    Le choix d’installer l’entrée principale sur la façade nord du bâtiment provient de notre volonté forte d’inscrire le projet dans le tissu urbain existant, en résonance avec les différents pôles d’attractivité de la commune que sont l’avenue Gambetta, la place Jean Jaurès, « Marque Avenue » et le « Musée de la Chaussure ».
     
    L’intervention architecturale sur le site Jourdan se lit donc comme une écriture contemporaine sur les traces d’un héritage industriel de qualité que nous souhaitons préserver et mettre en valeur, en lui apportant la modernité nécessaire aux usages actuels.
     

    Notice technique

    Lors de la mise en service du site au printemps 2018, l’ensemble des bâtiments conservés est entièrement rénové, la production 1083 est opérationnelle, ainsi que les entrées Nord et Est du secteur touristique.
    Voici le détail des travaux prévus par nos architectes et chiffrés par l’économiste :
     
    1 - Dépollution/déconstruction :

    • Retrait de tous les matériaux contenant de l’amiante : couverture des sheds et revêtements de sols.
    • Retrait de tous les matériaux contenant du plomb : principalement des portes et des équipements métalliques recouverts de peinture au plomb.
    • Dépose et évacuation de la charpente des anciens ateliers et de l’escalier NORD.
    • Dépose et évacuation de tous les éléments annexes sur l’ensemble du site, escaliers métalliques, extracteurs, gaines de ventilation, silos…
    • Démolition et évacuation des bâtiments annexes sur l’ensemble du site.
    • Dépose et évacuation de la totalité du second œuvre : étanchéité des toitures-terrasses, menuiseries extérieures, cloisonnement.
    • Dépose et évacuation de la totalité des fluides secs et humides.

    2 - Clos couvert :

    • Isolation thermique et étanchéité des toitures-terrasses.
    • Isolation thermique et couverture métal des sheds.
    • Pose de la totalité des menuiseries extérieures.
    • Isolation thermique intérieure de la totalité des façades.
    • Ravalement de l’ensemble des façades.
    • Création de l’entrée Nord et de l’accès PMR Est.
    • Création de la passerelle Nord.

    3 - Second œuvre et lots techniques :

    • Aménagement de la totalité du niveau 0 et du niveau 1.
    • Les niveaux -1 et 2 sont conservés en réserve.
    • Déploiement d’une infrastructure de distribution courants forts et courants faibles.
    • Déploiement d’une infrastructure de chauffage et de ventilation.

    4 - Extérieurs :

    • Création nouvel accès NORD sur boulevard Voltaire.
    • Aménagement voirie de distribution et aires de stationnement véhicules et cycles.
    • Aménagement du jardin-exposition niveau 0.
    • Aménagement paysager de l’ensemble du site

     

    Notice Économique

    L’usine Charles Jourdan est un lieu unique, ancré dans l’histoire de Romans, et parfaitement adapté au développement de notre projet à court, moyen et long terme. Comme « la Sucrière » à Lyon, « la Cité du Design » à Saint-Etienne ou la chocolaterie « Cémoi » à Grenoble, cet ancien site industriel urbain représente une chance unique pour l’économie et la notoriété de notre agglomération.
    La proximité de l’Isère, du Centre Historique, du « Musée de la Chaussure », de « Marques Avenue » et des entrées Sud et Est de la ville montrent la clé fondamentale que représente ce site pour l’attractivité de notre territoire. C’est pour cela que nous proposons un aménagement ouvert sur la cité, à enrichir des échanges à venir avec les collectivités locales.
     
    En réponse à cet appel à projet, la réalisation de notre projet requiert les lots 1 et 2 du tènement. Nous ne demandons pas comme préalable que la collectivité assume financièrement la dépollution et la déconstruction du site.
    Compte tenu de :

    • l’espace public que nous proposons d’ouvrir au public ;
    • la communication positive et importante que nous apportons ;
    • l’opportunité de faire de notre territoire le symbole du renouveau du Made in France ;
    • et de notre prise en charge de la dépollution, de la déconstruction et des aménagements extérieurs ;

    nous proposons le rachat des lots 1 et 2 pour l’euro symbolique.
     
    Avec nos architectes et économistes, nous avons précisément chiffré notre projet à 5 millions d’euros (études + travaux). Comme pour tous les travaux que nous réalisons dans le cadre de notre développement, ceux-ci seront assurés par des entreprises locales. Afin d’augmenter les fonds propres de notre entreprise et de grandir avec un endettement raisonnable, ces 5 millions d’euros sont financés de la manière suivante :

    • levée de fonds 1,5 M€ ;
    • emprunt bancaire 3,5 M €.

    Pour la levée de fonds, notre valorisation étant située entre 1,5 M€ et 2 M€, l’apport de 1,5 M€ en capital et/ou obligations nous garantit de conserver la majorité. Parmi les différents investisseurs avec lesquels nous travaillons (fonds, fonds loi Tepa, industriels locaux, fonds bancaires), trois co-investisseurs manifestent déjà par écrit leurs intentions. La sélection, la finalisation et la mise en œuvre de cette levée de fond sont à présent conditionnées à la décision de la collectivité sur ce projet.
     
    Pour les 3,5 M€ d’emprunts bancaires, plusieurs banques ont étudié et validé notre projet en interne ou en comité. Quatre d’entre elles manifestent déjà par écrit leurs intentions. La finalisation et la mise en œuvre de ces emprunts sont à présent conditionnées à la décision de la collectivité sur ce projet.
     
    Étant donné la surface dont nous avons besoin pour poursuivre notre développement, la principale opportunité économique de ce projet réside dans la puissance commerciale qu’offre la caisse de résonance « usine Charles Jourdan », pour un coût immobilier quasiment identique à celui de tout un autre bâtiment.
    Grâce à notre modèle économique où les créations d’emplois sont directement proportionnelles aux activités industrielles, commerciales et touristiques, notre prévisionnel montre de plus que le seuil de rentabilité de notre installation dans l’usine Charles Jourdan est très raisonnable.
     
    Notre capacité à mobiliser ces fonds auprès de partenaires locaux et nationaux en seulement 2 mois montre le rayonnement, le sérieux, la confiance et le potentiel dont bénéficie notre entreprise.
     
     
    Pour l’ouverture du site en 2018, nous prévoyons donc la création d’au moins 30 emplois : 1 responsable logistique, 2 préparateurs de commande, 1 graphiste, 2 standardistes, 3 vendeurs, 1 développeur informatique, 1 responsable tourisme, 3 animateurs, 1 responsable RH, 1 directeur financier, 1 responsable de réseau, 1 assistant de direction, 2 contrôleurs qualité, 2 monteurs, 4 couturières, 4 opérateurs.
    Ce détail est important pour mesurer la diversité des postes et des qualifications qu’un développement d’entreprise offre sur un territoire.
    C’est clairement une vision de l’emploi dynamique et qualifiante que nous portons
    , car en plus de développer le tourisme local et de participer directement à la reconstruction de notre écosystème chaussures/textile, d’autres créations d’emplois vont suivre comme celles liées au restaurant, et celles liées à la montée en puissance progressive du site.
     

    Descriptif touristique, commercial et technique

    Au niveau technique, les extérieurs, toits, façades et menuiseries des bâtiments seront entièrement rénovés pour l’ouverture du site au printemps 2018. Sur les 4 niveaux de 2000m2 que compte le bâtiment, nous prévoyons de rénover les niveaux 0 et 1 (en rouge), et de « geler » dans un premier temps le sous-sol et le 2e étage (en gris) pour garder de la réserve pour notre développement et/ou celui d’activités locales complémentaires que nous commençons à étudier. Ces activités complémentaires pourraient être par exemple la production d’artisanat local, la commercialisation de chaussures fabriquées à Romans et de spécialités drômoises dans une boutique commune, l’organisation d’événements, etc.

    03-3D

    Rez-de-Chaussée, la production :
    Ce niveau particulièrement accessible depuis le rond-point au sud, est adapté aux livraisons, donc à la production et à la logistique. Il concentrera dans une boucle : la réception de marchandise, la production des jeans, le contrôle qualité, les stocks, la préparation de commande et les expéditions.

    04fluxRC

    1er étage :
    Seule la production des chaussures sera réalisée au 1er étage pour limiter les flux verticaux. Ce niveau accueillera surtout nos activités commerciales, administratives et touristiques : bureaux, boutique, scénographie, et restaurant.

    05flux1er

    La façade nord est la plus visible depuis les parkings situés place Jean-Jaurès au-dessus, et pour les visiteurs qui viendraient de Marques Avenue à pieds. Elle est par ailleurs tournée vers le musée de la chaussure, et modernise le site en s’inspirant de la casquette en trapèze qui caractérise l’entrée Est historique (qui devient l’entrée du restaurant).

    07EntreeNord

    Une fois garés, les visiteurs traversent une passerelle pour rejoindre l’entrée principale. Dans le hall, ils peuvent alors accéder à gauche au restaurant, à droite à la boutique 1083, et tout droit à la visite de l’usine.

    HallEntree-mini

    La visite sera proposée au tarif de base de 9 €/personne, dont le ticket d’entrée offrira un bon d’achat de 9 € à valoir en boutique en fin de visite. Une offre tarifaire sera élaborée pour les enfants, familles et groupes.

    Les voici le parcours des visites touristiques que nous avons construit avec les scénographes de « Maîtres du rêve » :

    Visite3D

    1.Un premier espace scénographique.
    2.Découverte de la fabrication des chaussures.
    3.Un deuxième espace scénographique.
    4.La visite descend alors au Rez-de-Chaussée dans la cour, qui témoigne des ateliers historiques Charles Jourdan. Cette cour est rythmée par les poteaux de l’ancienne toiture en shed des ateliers. Elle offre une vue sur le hall d’entrée, la terrasse du restaurant, les stocks, et l’expédition des colis sur un convoyeur extérieur.

    15vuecours

    5.Ensuite les visiteurs découvrirent l’univers du jeans.
    6.Le tissage du denim.
    7.La confection des jeans.
    8.Le contrôle qualité.
    9.La technique du délavage des jeans au laser.
    10.Avant de terminer la visite par la boutique 1083.
    11.Sur place, le restaurant “183” propose des repas réalisés avec des aliments provenant de moins de 183 km pour promouvoir les saveurs et l’agriculture locale. Cette brasserie gérée par des professionnels de la restauration est accessible via le hall principal au Nord et l’entrée historique à l’Est.
     

    Phasage

    Grâce à la visibilité architecturale et financière que nous avons aujourd’hui sur ce projet, nous sommes déterminés à ouvrir les lieux au printemps 2018, c’est à dire 5 ans après le lancement de la campagne de financement participatif de 1083.
    À partir de la décision politique, nous déclencherons donc immédiatement la mise en œuvre de nos financements et du projet immobilier dont voici le phasage.

    phasage


    Cet article a été posté dans 1083, Atelier1083

  • Notre concept 1083 dans l'usine Charles Jourdan

    Posté le 30 avril 2016 par thomas Il y a 7 commentaire(s)

    Suite à l'incroyable réunion de mardi à laquelle vous avez été si nombreux et enthousiastes à venir découvrir notre projet dans l'usine Charles Jourdan, voici une première restitution du projet architectural en plus du replay vidéo de cette soirée.

    salle

    Au niveau économique, notre projet est chiffré par nos architectes et économistes à 5 millions d'euros. Pour les financer, si notre projet est retenu par l'agglomération et la ville, nous avons convenu avec nos partenaires bancaires de réaliser une levée de fond de 1,5M€ qui servira d'apport à un emprunt de 3,5M€. Le prévisionnel que nous avons réalisé avec notre expert-comptable montre que l'augmentation régulière de notre activité (c'est à dire des commandes) permettra bien de couvrir les 300 000 €/an de remboursements de l'emprunt de 3,5M€ sur 15 ans. C'est ce prévisionnel que sont en train d'étudier 5 fonds d'investissements pour la levée de fond, et 4 banques pour l'emprunt. Les échanges sont constructifs, ce qui fait grandir notre confiance.
     
    En attendant leurs réponses ces prochains jours pour remettre notre dossier le 5 mai à l'agglomération, voici le projet architectural que nous avons travaillé avec l'agence Totem Architecture.
     
    Le site :
    Voici le périmètre de l'appel à projet lancé par l'agglomération "Valence Romans Sud Rhone-Alpes" et la ville de Romans. L'usine Charles Jourdan a historiquement débuté dans l'atelier situé au centre-droit du batiment (zone blanchie), bénéficiant d'une toiture shed amiantée et malheureusement hors d'état, dont la rénovation coûterait trop cher. Nous avons donc choisi de transformer cet espace central en patio (zone blanchie), et de nous concentrer sur les bâtiments plus récents au nord, à l'ouest et au sud.

    01aerien

     
    Le plan masse :
    Les locaux forment donc un "C", avec l'entrée marchandises au sud, et l'entrée visiteurs au nord. Cette façade nord aujourd'hui peu visible est la plus impactante car c'est celle que l'on verrait depuis le parking Jean-Jaures et lorsque l'on viendrait de Marques Avenue.

    02PlanMasse

     
    Aménagement intérieur :
    Les extérieurs, toits, façades et menuiseries des bâtiments seront entièrement rénovés pour l'ouverture du site que nous prévoyons au printemps 2018. Sur les 4 niveaux de 2000m2 que compte le batiment, nous imaginons rénover les niveaux 0 et 1 (en rouge), et "geler" dans un premier temps le sous-sol et le 2ème étage (en gris) pour garder de la réserve pour notre développement et/ou celui d'activités locales complémentaires.

    03-3D

     
    Rez-de-Chaussée, la production :
    Ce niveau particulièrement accessible depuis le rond-point au sud, est adapté aux livraisons, donc à la production et à la logistique. Il concentrera dans une boucle : la réception de marchandise, la production des jeans, le contrôle qualité, les stocks, la préparation de commande et les expéditions.

    04fluxRC

     
    1er étage :
    Seule la production des chaussures sera réalisée au 1er étage pour limiter les flux verticaux. Ce niveau accueillera surtout nos activité commerciales et touristiques : bureaux, boutique, scénographie, et restaurant.

    05flux1er

     
    Les extérieurs :

    Fort du passé de l'emblématique usine Charles Jourdan, notre projet s'appuie sur l'existant en installant l'entrée principale au nord.

     
    Cette façade nord est la plus visible depuis les parking situés place Jean-Jaurès au dessus, et pour les visiteurs qui viendraient de Marques Avenue à pieds. Elle est par ailleurs tournée vers le musée de la chaussure, et modernise le site en s'inspirant de la casquette en trapèze qui caractérise l'entrée Est historique (qui devient l'entrée du restaurant).

    07EntreeNord

     
    Une fois garés, les visiteurs traversent une passerelle pour rejoindre l'entrée principale. Dans le hall, ils peuvent alors accéder à gauche au restaurant, à droite à la boutique 1083, et tout droit à la visite de l'usine.

     
    La visite touristique :
    La visite serait proposée au tarif de 9€/personne, et ce ticket d'entrée serait un bon d'achat de 9€ à valoir en boutique en fin de visite. Les étapes se dérouleraient ainsi :

     
    Un premier espace scénographique.

    10visite-sceno

     
    Découverte de la fabrication des chaussures.

    11visitechaussure

     
    Un deuxième espace scénographique.

    12visite-sceno

     
    La visite descendrait alors au Rez-de-Chaussée dans la cour, qui témoignerait des ateliers historiques Charles Jourdan.

    13visitecours

     
    Cette cour serait rythmée par les poteaux de l'ancienne toiture en shed des ateliers.

     
    Elle offrirait une vue sur le hall d'entrée, la terrasse du restaurant, les stocks, et l'expédition des colis sur un convoyeur extérieur.

    15vuecours

     
    Ensuite les visiteurs découvriraient l'univers du jeans.

    16visitejeans

     
    Le tissage du denim.

    17visitetissage

     
    La confection des jeans.

    18visiteconfection

     
    Le contrôle qualité.

    19visitequalite

     
    La technique du délavage des jeans au laser.

    20visitedelavage

     
    Avant de terminer la visite par la boutique 1083.

    21finvisiteboutique

     
    Enfin, le restaurant "183" proposant des repas réalisés avec des aliments provenant de moins de 183km, serait accessible via le hall principal, et via l'entrée Charles Jourdan historique boulevard Voltaire.

    22restaurant

     
    Dans la mesure où nous n'avions que 8 semaines pour rendre notre dossier, nous nous sommes concentrés sur notre concept, notre projet architectural, son chiffrage et notre financement. Si nous sommes retenus, le moment viendra alors d'enrichir cette base de travail de nouvelles idées, de partenaires complémentaires et d'activités innovantes !!
     
    A suivre... ;-)


    Cet article a été posté dans 1083, Atelier1083

  • Projet Jourdan : notre étude de Romans

    Posté le 27 avril 2016 par thomas Aucun commentaire actuellement

    Comme citoyen et entrepreneur romanais, le renouveau de Romans m’importe au point de défendre le développement de 1083 en centre-ville, et de réfléchir à des propositions concrètes pour l’attractivité de notre territoire, donc de notre projet !
    Plus nous définirons une stratégie claire et partagée, plus sa mise en oeuvre sera cohérente sur le long terme, au fur et à mesure des moyens financiers de notre ville. C’est aussi la seule démarche permettant de créer durablement les conditions de l’investissement privé, et d’offrir ainsi à notre agglomération un puissant effet de levier.
    Voici comme promis les propositions évoquées hier lors de la présentation de notre projet salle Charles Michels, et offertes à nos élus locaux dans notre dossier de candidature.

     

    20160427-1Romans

    À force d’investissements et d’initiatives en périphérie des villes, l’offre des centre-villes diminue, donc la fréquentation baisse, donc les investissements chutent, donc les centre-villes se meurent… c’est aussi simple que cela, mais ce n’est pas une fatalité car notre ville dispose objectivement d’atouts rares !
     
    LES FORCES (liste non exhaustive) :
    - Le charme et la richesse patrimoniale du centre historique ;
    - L’image nationale (chaussure) rare pour une ville de 33000 habitants ;
    - Les nombreuses synergies locales (Romans Cuir, ERB) ;
    - L’accessibilité géographique (route et rail) ;
    - La locomotive Marques Avenue ;
    - Le foncier disponible et abordable pour des investisseurs ;
    - Le Musée de la Chaussure ;
    - L’histoire industrielle et commerçante ;
    - La créativité (culturelle, associative, entrepreneuriale) ;
    - L’Isère.
     
    LES FAIBLESSES (liste non exhaustive) :
    - Le bas de la ville s’appauvrit de commerces tandis que le haut de la ville se tertiairise ;
    - Pas de lien entre le bas et le haut de la ville, ni avec Marques Avenue ;
    - Le centre historique n’est pas conçu et adapté pour les voitures ;
    - La place Jean Jaurès a bien plus de potentiel qu’un simple parking ;
    - Aucun point de vue sur le Vercors ni sur la ville pour les visiteurs ;
    - Pas d’offre suffisamment puissante pour aspirer les visiteurs de Marques Avenue ;
    - Le déplacement de l’offre en périphérie (parc Saint-Paul, piscine Diabolo, …) ;
    - Pas de lieu de rendez-vous spontané, populaire et fraternel, où les romanais se retrouveraient si la France devenait championne de monde de foot par exemple ;
    - L’enclavement du Musée de la Chaussure.
     
     

    1/ L’analyse de l’existant et les premières actions possibles

    Il ne s’agit pas ici de rêver, mais de construire. Une ville se développe toujours par capillarité, de manière concentrique. Plus on concentrera notre périmètre d’action, plus notre démarche sera techniquement et financièrement réaliste. Il convient donc de fuir le saupoudrage et de trouver l’ossature sur laquelle concentrer la redynamisation de Romans.
    Pour redynamiser notre territoire par le tronc et non par les branches, prenons un peu d’altitude… pas trop car on risquerait alors de réaliser qu’il serait en fait opportun de penser les villes de Romans et de Bourg-de-Péage comme un seul bassin de vie, afin d’apporter une réponse globale aux enjeux partagés de "notre" 2 villes…
     

    20160427-2Ciel

    Mais tenons-nous en aux barrières administratives de Romans puisque c’est ainsi. Il est très intéressant de constater que tous les points attractifs (en vert) et potentiels (en bleu) de Romans tournent autour d’une ossature qui existe déjà et qu’il suffit de révéler pour que les visiteurs la découvrent : grâce à de la communication, de la signalétique, du marquage au sol, et/ou tout simplement un nom (la boucle, la ronde, la promenade, le O de Romans, vos idées ?).
     

    20160427-3ossature

    Cette ossature parcourt le boulevard Jean-Jaurès, descend la côte des Cordeliers, longe l’Isère et/ou la rue Saint-Nicolas, et remonte la côte de la Garenne au coeur du projet Gar’is. De plus, Romans a la chance d’être une ville à taille humaine : il faut moins de 15 minutes pour aller à pied d’un point à l’autre de la boucle, ce qui est agréable pour un visiteur.
    Tout est donc déjà réuni pour formaliser l’offre actuelle de notre ville (musée de la chaussure, centre historique, berges de l'Isère), avec une démarche cohérente et emblématique. Voici quelques exemples d'actions de communication abordables dont nous pourrions nous inspirer :
     

    20160427-4voyageAnantes
    Le tracé au sol du voyage à Nantes

    20160427-5commerceNantes
    Une initiative emblématique d'artistes et commerçants nantais

    20160427-6metroLondres
    Le métro de Londres indique le temps qu'il faut pour relier chaque station à pieds

     
     

    2/ Le parking boulevard Voltaire

    Si notre projet 1083 est retenu sur le tènement Jourdan, nous enrichirons l’offre du centre-ville et les 2/3 ans de travaux donneront l’opportunité de réfléchir au stationnement à Romans.
    Les principaux flux d’accès en voitures à Romans viennent de l’Est, du Sud, et de l’Ouest. L’organisation du centre historique n’étant pas conçue et adaptée pour les voitures, la majorité du stationnement s’effectue aujourd’hui en haut de la ville, place Jean Jaurès. Non seulement on enferme cette place dans un rôle de parking (ni agréable ni accueillant… imaginons un instant la place Bellecour à Lyon en parking ?), mais en plus ce stationnement trop haut nuit à la vie du bas de la ville qui n’a pas d’accès aisé en voiture.
     
    Cette réflexion autour du tènement Jourdan offre donc une magnifique chance de rééquilibrer la ville et de créer un parking en déplaçant les actuels terrains de sport et la vétuste piscine du Triboulet (sur un autre site ou en étage). Ce nouveau parking situé entre le haut et le bas de la ville :
    - est directement connecté à notre ossature piétonne ;
    - est accessible des entrées Sud et Est en voiture ;
    - désenclave d’un coup le Musée de la Chaussure ;
    - offre à Fanal et au centre historique une nouvelle accessibilité en 5 minutes à pieds (400m seulement !) ;
    - dynamisera la rue Saint-Nicolas qui est l’une de nos rues au plus fort potentiel commercial (charme, accessibilité, rôle de connexion) ;
    - et permettra plus tard de réinventer la place Jean Jaurès avec une vraie valeur ajoutée.
     

    20160427-3ossature

    Pour résumer, ce parking et cette boucle feront le désenclavement immédiat du Musée de la Chaussure, le renouveau économique progressif du bas de la ville, et le charme à venir de la place Jean Jaurès.
     
     

    3/ La place Jean Jaurés

    Une fois le stationnement partiellement recentré, la rénovation de la place Jean Jaurès deviendra une priorité politique pour répondre aux enjeux suivants :
    - faire le lien entre la ville et Marques Avenue ;
    - offrir un espace de détente qui n’existe aujourd’hui pas à Romans ;
    - créer un lieu de rendez-vous spontané et populaire qui n’existe aujourd’hui pas à Romans ;
    - créer un point de vue sur le Vercors et sur la ville qui n’existe aujourd’hui pas à Romans ;
    - faire de Romans une ville emblématique, incontournable.
     
    Pour y répondre en partie, une première idée est de profiter des nouveaux aménagements place Jean Jaurés pour que les lettres ROMANS soient visibles du ciel… ou plutôt de nos applications GPS sur nos smartphones ! En effet à partir de l’aménagement, des couleurs au sol, des formes de nouveaux bâtiments, et/ou des végétaux, qu’est-ce qui nous empêche d’offrir une lecture ludique et innovante de notre ville ?
     

    20160427-7RomansCiel

    Par ailleurs une idée complémentaire et très emblématique serait d’installer une chaussure conceptuelle (c'est à dire partiellement suggérée pour limiter le coût par exemple), de 20/30 mètres de haut, que les visiteurs de Marques Avenue verront évidemment, et en haut de laquelle ils souhaiteront profiter d’une magnifique vue sur le Vercors et sur l'Isère, uniquement connue aujourd’hui des habitants des immeubles déjà présents !
     

    20160427-8Chaussure
    La plus grande chaussure du monde est une église à Taïwan mesurant 17 mètres de haut

     
     

    4/ Et ensuite ?

    Quels que soient les moyens financiers et les priorités politiques, la cohérence du développement de Romans est assurée par cette ossature. Toutes les évolutions futures de Romans l'enrichiront donc, comme :
    - la transformation de Fanal en retraitant sa façade de manière contemporaine et audacieuse ?
    - la rénovation du musée de la chaussure ?
    - la transformation de la place de la Presle et réouverture de la Savasse ?
    - le développement d’une activité dans l’ancien Intermarché place Jean Jaurés ?
    - l'aménagement du chemin des Bœufs en balade le long de l’Isère ?
    - la rénovation des stations du Grand Voyage ?
    - etc.
     
    C’est en définissant collectivement une vision claire et partagée de l’avenir de Romans que nous offrirons aux investisseurs une visibilité indispensable à leurs futurs projets. Les échanges de ces prochaines semaines nous donneront la valeur de cette étude... gratuite !
     
    Thomas Huriez


    Cet article a été posté dans 1083, Atelier1083

  • Présentation publique 1083 / Jourdan le 26 avril 2015 à Romans

    Posté le 26 avril 2016 par thomas Aucun commentaire actuellement

    Le 26 avril vous remplissiez la salle Charles Michels à Romans pour découvrir notre projet dans l'usine Charles Jourdan. La diffusion du live sur Facebook n'ayant complètement fonctionné, voici le replay.
     


    Cet article a été posté dans 1083, Atelier1083, Presse

  • Projet 1083 de valorisation du site Jourdan

    Posté le 15 mars 2016 par thomas Il y a 83 commentaire(s)

    Ce n’est pas en tant que promoteurs/constructeurs, mais en tant qu’entrepreneurs et passionnés par notre territoire que nous vous présentons notre projet industriel, commercial et touristique sur le tènement Jourdan.
    Le passé de Romans est fort de sa créativité et de son histoire industrielle, dont le site Jourdan est l’un des derniers emblèmes. C’est une occasion unique pour notre ville d’associer la mémoire nationale de ce patrimoine, à l’écho national de notre aventure entrepreneuriale.

    Jourdan

     

    INTRODUCTION

    Après l’ouverture de notre boutique Modetic dans une maison de famille en 2007 à Romans, nous avons diversifié notre activité en créant la marque 1083 : des jeans et baskets éco-conçus et entièrement fabriqués en France. Notre concept est de fabriquer des vêtements et chaussures à moins de 1083km de nos clients, car 1083km est la distance qui sépare les deux villes les plus éloignées de l’hexagone !
    Lancée grâce au financement participatif en 2013 (une des plus grosses campagnes françaises avec 110 000 € levés), 1083 s’appuie sur une démarche virale et transparente autour de laquelle une communauté très investie se constitue : nos clients sont les premiers ambassadeurs de 1083 et font toute notre dimension. En trois ans :

    • nous avons créé 19 emplois en France (dont 13 sur l’agglomération) ;
    • nous sommes un des symboles du renouveau du made in France ;
    • nous réunissons plus de 19 000 fans Facebook très actifs ;
    • nous sommes passés d’environ 200 k€ de CA en 2013 à 1 M€ en 2015. Pour l’exercice en cours, nous venons de dépasser 1 M€ en 6 mois seulement.

    Pour adapter notre production à notre développement commercial, nous ouvrons en mars 2016 à Romans, un atelier de fabrication. Afin d’ajouter des revenus touristiques aux revenus de production, et de nous rapprocher toujours plus de nos clients, nous voulons ouvrir notre production au public et l’enrichir d’une scénographie ambitieuse. Ce projet industriel, touristique et commercial sera idéalement installé à Romans et incarnera toutes nos valeurs et notre concept de proximité. Nous compléterons cette offre touristique avec la création d’un restaurant appelé le 183, qui valorisera les spécialités régionales en proposant des menus réalisés avec des ingrédients provenant de moins de 183km.
     
    Le site Jourdan est un lieu unique, ancré dans l’histoire de Romans, et adapté à la mise en œuvre de notre projet ambitieux pour notre entreprise ET pour l’agglomération.
    La réalisation de notre projet, présenté ci-après, requiert le lot 1 du tènement, et s’appuie sur une proposition à la collectivité de requalification du lot 2 pour augmenter l’attractivité du territoire.
     
     

    1 / NOTRE ENTREPRISE

    Le développement de 1083 repose sur :

    • un modèle économique en circuit court qui nous permet de relocaliser entièrement la fabrication de notre offre en France (jeans, T-shirts, chaussures, ceintures, vestes) et de les proposer au prix du marché ;
    • une démarche innovante, participative et transparente de toute notre aventure entrepreneuriale.

    AutreTdF

    Nous avons fait le choix de stratégies mixtes pour assurer la pérennité à long terme de l’entreprise et par passion pour l’entrepreneuriat. Au niveau commercial, nous développons donc deux marques complémentaires :

    • notre marque de mode « 1083 » que nous distribuons en direct ainsi que chez des revendeurs extérieurs ;
    • notre marque-enseigne « Modetic » qui distribue 1083 ainsi que d’autres marques externes que nous sélectionnons pour leur éthique.

    Au niveau industriel, nous nous appuyons sur un réseau de partenaires locaux :

    • en Drôme : Alina textile (tissage – Romans), EAC (boucles de ceintures, Bourg-de-Péage), Insoft (fabrication des chaussures – Châteauneuf-sur-Isère), Haase innovation (tricotage et confection des T-shirts - Manthes), Lycée Victor Hugo (développement textile - Valence), Lycée du Dauphiné (développement chaussures - Romans), Magic Feet (piquage des chaussures – Saint-Donat), Max Vincent (fabrication des sandales - Mours), Spirales (marquage des T-shirts – Romans) ;
    • en Auvergne-Rhône-Alpes : AJ Biais (Biais - Loire), JSD (étiquettes – Loire), Les tissages de Charlieu (tissage - Loire), Newton (Recyclage - Rhône), TAT (teinture - Loire), Tucker (ceintures, Haute-Savoie) ;
    • Autres régions : Création Anaïs (confection des jeans – Bouches-du-Rhône), Smuggler (confection des vestes – Haute-Vienne), Valrupt (filature, tissage – Vosges).

    En partenariat avec nos sous-traitants, nous augmentons nos capacités de production en intégrant à Romans, les savoir-faire suivants :

    • mars 2016 : création de notre atelier de confection de jeans à Romans ;
    • juin 2016 : lancement du tissage de denim Selvedge à Romans (une première en France !) ;
    • septembre 2016 : création de notre atelier de délavage laser des jeans (une première en France !) ;
    • hiver 2016 : fabrication de chaussures.

    AtelierRomans

    Cet atelier, nous pourrions l’installer comme tout le monde en zone industrielle, mais l’histoire de Romans est tellement liée à son industrie de la chaussure, qu’on aimerait y être fidèle et rester en centre-ville. De plus, cet aménagement du territoire où l’on crée des zones commerciales et des zones industrielles en périphérie des villes nous coûte cher en transport, en charme et en vitalité de nos villes !
    Pour que notre atelier soit un succès économique et continue à créer des emplois, nous voulons l’enrichir d’une activité touristique qui contribuera à nous rapprocher toujours plus de nos clients et à partager notre aventure.

    Avec autant d’enjeux différents dans un même projet, l’équation n’est pas simple :

    • au niveau industriel : la productivité de l’atelier permettra son équilibre financier, l’emplacement sera adapté aux livraisons, et l’espace sera suffisamment grand pour intégrer notre production et notre logistique ;
    • au niveau touristique et commercial : l’emplacement sera accessible et fréquenté, la production sera étudiée pour accueillir du public, et le concept sera populaire et attractif.

    Depuis l’automne 2015 nous avons étudié 7 sites pour installer ce projet en centre-ville. Si tous ont des atouts et des contraintes, Jourdan est de loin le site le plus puissant pour notre activité. Comme notre ambition est fondamentalement en lien avec l’attractivité de notre agglomération, nous portons une extrême attention sur la stratégie de territoire qu’il sera décidé de mettre en œuvre.
     
     

    2 / L’ATELIER 1083 ET LE RESTAURANT 183

    Depuis décembre 2015, Jean-Michel Grard de l’agence « Maîtres du Rêve » travaille sur l’étude de faisabilité de notre atelier visitable. Cette étude soutenue par le Département de la Drôme et le syndicat mixte de la Drôme des Collines, organise la découverte de nos savoir-faire et la création d’une scénographie ambitieuse.
    « Maîtres du Rêve » a recensé l’ensemble de nos savoir-faire cet hiver, et va élaborer notre concept touristique sur les plans du tènement Jourdan. Pour enrichir ce projet des enjeux du territoire, nous avons constitué depuis cet hiver un comité de suivi auquel participent : l’Agence de Développement Touristique de la Drôme, le département de la Drôme, l’of ce de Tourisme de Valence Romans Sud Rhône-Alpes, la Ville de Romans, le syndicat mixte Drôme des Collines et Valence Romans Sud Rhône-Alpes et l’agence d’architectes Totem.
    En plus des savoir-faire Chaussure et Textile que nous allons mettre en avant, notre volonté est de partager notre vision, notre engagement et notre démarche. Suite à la prochaine réunion de notre comité de suivi à la fin du mois de mars, « Maîtres du Rêve » nous communiquera ses conclusions en avril 2016.
     
    Cette offre touristique sera complétée par un restaurant « 183 » qui proposera des menus préparés avec des ingrédients provenant tous de moins de 183km. Fort de nos valeurs, de convivialité et de proximité, ce concept innovant valorisera la richesse des saveurs et des producteurs de notre région.
     
    Notre calendrier jusqu’à la présentation du dossier final début mai est le suivant : définition de la stratégie de financement avec notre partenaire bancaire principal en 2e quinzaine de mars, puis définition du projet architectural et touristique en avril.
    Dans le cadre de cet appel à projets, l’agglomération a prévu de prendre en charge la décontamination et la déconstruction totale du site pour vendre un terrain prêt à bâtir à un promoteur. Nous ne nous inscrivons pas directement dans cette démarche car la construction de notre projet sur ce terrain nu lui ferait perdre tout son sens.
    Nous avons par contre la conviction que cet appel à projets est l’occasion unique d’ancrer physiquement le développement de 1083 sur l’histoire industrielle de Romans, et de développer l’attractivité du territoire pour revitaliser le centre ancien.
     
    Nous vous faisons part de notre intérêt pour le lot 1 après décontamination en conservant uniquement la superstructure, et nous vous présentons ci-après notre réflexion sur l’opportunité unique qu’offre la réorganisation du lot 2 (décontaminé et déconstruit) pour transformer l’attractivité du territoire.
     

    VueAerienne

    L’usine construite par Charles Jourdan (né en 1883 !) est emblématique à Romans. En gardant ces anciens ateliers, nous conserverons l’âme des lieux et l’histoire du site. Le bâtiment actuel accueillera donc notre atelier visitable, notre logistique, les bureaux, le magasin d’usine et le restaurant. L’entrée des visiteurs se fera par le Nord, en lien avec le stationnement à l’Ouest et le projet de requalification du boulevard Voltaire à l’Est.

    Nous prévoyons la création de 30 emplois directs sur site pour assurer les activités d’accueil, de production, de vente et de restauration sur place. La dynamique que nous impulserons entrainera aussi :

    • le développement de la notoriété de notre démarche, donc une augmentation de notre activité e-commerce et de la production ;
    • une nouvelle attractivité touristique (autocaristes et autres) pour les individuels et les groupes ;
    • une médiatisation positive du territoire sur cette renaissance ;
    • l’opportunité de voir ensuite de nouveaux projets touristiques s’installer sur les sites disponibles à proximité.

     

    3/ NOTRE VISION DE ROMANS

    Pour provoquer un effet de levier, l’enjeu de la collectivité est de créer les conditions de l’investissement privé, en redonnant de la lisibilité et donc de l’attractivité au territoire.

    Romans

    Le constat des forces et des faiblesses permet de poser le contexte suivant :
     
    LES FORCES :

    • Le charme et la richesse patrimoniale du centre historique ;
    • L’image nationale (chaussure) rare pour une ville de 33000 habitants ;
    • Les nombreuses synergies locales (Romans Cuir, ERB) ;
    • L’accessibilité géographique (route et rail) ;
    • La locomotive Marques Avenue ;
    • Le foncier disponible et abordable ;
    • Le Musée de la Chaussure ;
    • L’histoire industrielle et commerçante ;
    • La créativité (culturelle, associative, entrepreneuriale) ;
    • L’Isère.

    LES FAIBLESSES :

    • Le bas de la ville s’appauvrit de commerces tandis que le haut de la ville se tertiairise ;
    • Pas de lien entre le bas et le haut de la ville, ni avec Marques Avenue ;
    • Le centre historique n’est pas conçu et adapté pour les voitures ;
    • La place Jean Jaurès a bien plus de potentiel qu’un simple parking ;
    • Aucun point de vue sur le Vercors ni sur la ville pour les visiteurs ;
    • Pas d’offre suffisamment puissante pour aspirer les visiteurs de Marques Avenue ;
    • Pas de lieu de rendez-vous spontané, populaire et fraternel, où les romanais se retrouveraient si la France devenait championne d’Europe de foot par exemple ;
    • L’enclavement du Musée de la Chaussure.

    Pour reconstruire Romans par le tronc et non par les branches, il est intéressant de regarder la ville vue du ciel. On s’aperçoit alors que TOUS les axes attractifs de la ville tourne autour d’une ossature qu’il est à notre sens fondamental de conceptualiser (signalétique et/ou marquage au sol tout simplement) autour d'un nom : la boucle, la ronde, la promenade ou le O de Romans par exemple.

    PlanAttractif

    En plus de la concentration de ses potentiels, Romans a la chance d’être une ville à taille humaine donc très accessible : il faut moins de 15 minutes pour aller à pied d’un point à l’autre de la boucle, ce qui est très peu pour un visiteur citadin. Mais pour que ces visiteurs s’y aventurent, il faut avant tout qu’ils repèrent spontanément cette boucle piétonne, et qu’ils s’y situent facilement sur tout son tracé : elle parcourrait le boulevard Jean-Jaurès, descendrait la côte des Cordeliers, longerait l’Isère et la rue Saint-Nicolas, et remonterait la côte de la Garenne.
    Les principaux flux d’accès en voiture à Romans viennent de l’Est, du Sud, et de l’Ouest. L’organisation du centre historique n’étant pas conçue et adaptée pour les voitures, la majorité du stationnement s’effectue aujourd’hui en haut de la ville, place Jean Jaurès. Non seulement on enferme ainsi la place Jean-Jaurès dans ce rôle tellement pauvre de parking, ni agréable ni accueillant, mais en plus ce parking nuit à l’accessibilité du bas de la ville qui n’a pas d’accès aisé en voiture.
     
    Cette réflexion du tènement Jourdan est donc une magnifique chance de rééquilibrer la ville en intégrant harmonieusement du stationnement au nord du tènement Jourdan. Ce nouveau parking situé entre le haut et le bas de la ville :

    • serait directement connecté aux entrées Sud et Est de la ville en voiture, et à la boucle piétonne à pieds ;
    • désenclaverait d’un coup le Musée de la Chaussure, qui pourrait profiter plus tard du déménagement de l’internat du Triboulet en 2019 pour y déplacer la piscine du Triboulet ;
    • permettrait le moment venu de réinventer la place Jean Jaurès avec une vraie valeur ajoutée ;
    • offrirait à Fanal et au centre historique une nouvelle accessibilité en 5 minutes à pieds (400m seulement !) ;
    • pourrait potentiellement être agrandi vers le Nord sur le terrain de sport du Triboulet.

    La lisibilité de cette boucle piétonne transformera l’accessibilité de Romans en attirant des visiteurs et donc des porteurs de projets attractifs. C’est ce parking avec cette boucle qui feront demain le charme de la place Jean Jaurès, l’accessibilité du centre historique, et le désenclavement du Musée de la Chaussure !

    PlanBoucle

    A partir de cette boucle piétonne et de son stationnement, la cohérence du développement de Romans est assurée, car elle se fera de fait par capillarité, autour d’une ossature qui manque aujourd’hui à Romans. En fonction des moyens et des priorités politiques, de nombreux sites pourront alors évoluer :

    • déménagement de la piscine du Triboulet : la déplacer à la place de l’internat du Triboulet qui sera déplacé en 2019 ?
    • transformation des terrains de sport du Triboulet : construire une extension du parking et utiliser la pente pour accueillir du public (terrains de sport, forum) ?
    • transformation de Fanal : le supprimer ou plus probablement redéfinir et enrichir son usage en retraitant sa façade de manière contemporaine et audacieuse ?
    • transformation de la place Jean-Jaurès : créer un espace attractif et agréable invitant à la flânerie, à la convivialité et aux loisirs ; et installer une élégante chaussure de 20 ou 30 mètres de haut, comme symbole et point de ralliement, en haut de laquelle les visiteurs de Marques Avenue viendront pro ter de la vue sur la ville et sur le Vercors ?
    • transformation de la place de la Presle et réouverture de la Savasse ? - Aménagement du chemin des Bœufs en balade le long de l’Isère ?
    • la rénovation du Grand Voyage ?

     

    CONCLUSION

    Ce projet entrepreneurial dénote sûrement des autres projets déposés. Il porte une vision forte, sincère, professionnelle et audacieuse pour l’attractivité de notre agglomération. Nous sommes convaincus que la synergie de ce lieu chargé d’histoire avec notre projet 1083 va faire de notre territoire, un précurseur d’une société en pleine mutation.
    Et tout le monde sait bien que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures ! ;-)
     

    -

     
    Suite à cette candidature déposée à notre agglomération Valence-Romans-Sud-Rhône-Alpes, nous remettrons notre dossier complet le 5 mai 2016. Ce dossier expliquera notre stratégie, notre financement, notre projet architectural et notre impact économique.
    Pour réussir nous avons besoin plus que tout de vos propositions, de vos idées et de vos soutiens. Soyez très nombreux à partager vos impressions en commentaire ci-dessous !
     
    Merci à tous de votre confiance et de votre enthousiasme !
     
    Thomas


    Cet article a été posté dans 1083, Atelier1083

5 article(s)

par page