Blog

Les 6 règles d’or pour un entretien écologique de mes vêtements

Posté le Tuesday 26 Oct 2021 par Alice.

Les 6 règles d’or pour un entretien écologique de mes vêtements

Les marques que nous sélectionnons chez Modetic participent à rendre notre manière de consommer plus durable

 

: coton bio, matières recyclées, fabrication équitable... Autant de critères qui garantissent une conception préservant les ressources de notre planète. Mais pour que ces vêtements s’inscrivent pleinement dans une démarche éco-responsable, il faut aussi en prendre soin tout le temps qu’ils passeront avec nous

 

!

1 – Je préfère une machine nouvelle génération

machine à laver

Saviez-vous que la première machine à laver a été brevetée en 1856

 

? Mais pour le tambour tel que nous le connaissons, il a fallu attendre les années 1960… Aujourd’hui, lancer son lave-linge est un geste suffisamment automatique pour qu’on oublie ce qu’il se passe derrière

 

: une consommation d’eau (minimum 45 litres pour les plus performants, jusqu’à 120 litres pour les plus vieux) et d’électricité (environ 1 kWh par cycle).

Vérifiez sur la notice de votre appareil à quoi il tourne

 

! Et lorsque son heure sera venue, privilégiez l’achat d’un lave-linge peu énergivore, c’est-à-dire avec la meilleure classe énergétique. Vous y gagnerez aussi en termes d’argent, la baisse de votre facture d’électricité permettant rapidement d’amortir votre investissement de départ.

2 – J’évite la surchauffe

Mieux vaut favoriser les basses températures (30 ou 40

 

°C). Avec un cycle à 60

 

°C, le chauffage de l’eau va solliciter 80

 

% de l’énergie mobilisée ! Évitez aussi les lavages rapides, qui entrainent une surconsommation pour faire rapidement chauffer l’eau. À l’inverse, même si leur longueur peu faire douter de leur efficacité, les programmes «

 

éco

 

» sont en fait une bonne solution, puisqu’ils font chauffer l’eau de manière progressive.

Plusieurs fois par an, pensez à faire tourner votre machine à 60

 

°C, par exemple avec du linge qui ne craint pas la chaleur comme les torchons, pour «

 

nettoyer

 

» l’appareil des bactéries qui peuvent se développer dans l’eau tiède. Au passage, décrassez régulièrement le joint du hublot.

en exterieur

Au sortir de la machine, préférez toujours l’étendage au séchoir électrique, très énergivore et indélicat pour vos vêtements, et aérez le tambour.

3 – Je lave moins

Laver son linge consomme aussi un peu de votre temps, ce qui n’est quand même pas rien

 

: étendre le linge (phase incontournable, temps incompressible), le repasser (activité en forte chute, mais peut-être faites-vous encore partie des irréductibles) et le plier (temps (théoriquement) incompressible).

séchage en exterieur

Alors quand laver ses vêtements

 

? La réponse évidente en préambule est

 

: s’ils sont visiblement sales ou odorants. Pour le reste, en dehors des bas de sous-vêtements, chaussettes et tenues de sport, les lavages peuvent facilement être espacés

 

: 2 à 3 usages peuvent convenir pour les t-shirts, chemises, robes et soutiens-gorge, 4 pour les pantalons, shorts et autres bas, voire 5 à 6 pour des matières endurantes comme le jean et pour les modèles amples (les vêtements plus près du corps générant plus de transpiration), 7 pour les vestes et pulls.

4 – Je suis raisonnable avec le tambour

Question remplissage de la machine, il faut viser le ni trop peu, ni pas assez. Trop, vous risquez de tasser le linge, ce qui ne lui permettra pas d’être lavé de manière optimale. Trop peu, vous devrez faire des lessives plus souvent et votre linge sera soumis à plus de frottements, ce qui précipite la détérioration des fibres. Pour juger simplement de son bon remplissage, le haut du tambour doit grosso modo rester vide sur la largeur d’une main.

5 – Je mise sur des labels plutôt que sur des promesses

Ecolabel

Les lessives classiques sont un cocktail de composés nocifs, de parfums pétrochimiques allergisants, de colorants, le tout suremballé… Heureusement, il existe des alternatives

 

! Vous pouvez en choisir une avec l’Ecolabel ou le label Ecocert. Vous aurez ainsi la garantie qu’elle répond à un cahier des charges précis. Une lessive certifiée contient par exemple des agents lavables biodégradables, mais pas de conservateurs toxiques. Elle est performante même avec un lavage basse température, son procédé de production est respectueux de l’environnement, son emballage est recyclable… Parmi les marques, on peut citer Les Petits Bidons, Made in France, Ecocert, avec un produit 100

 

% d’origine naturelle, au choix sans parfum ou avec des parfums également d’origine naturelle. Et comme pour tout, avec la lessive, veillez à ne jamais surdoser

 

! Si votre linge est peu sali et que votre eau est douce, il faut avoir la main très légère.

6 – Je filtre

Lorsque le linge passe à la machine, il est soumis à des frottements et à de la chaleur, ce qui use immanquablement sa fibre, donc sa durée de vie. Aujourd’hui, les vêtements qui forment le gros du marché ne sont pas en fibres écologiques, mais en fibres chimiques dérivées du pétrole. Ils perdent à chaque lavage de petites particules trop fines pour être récupérées par les stations d’épuration. Résultat

 

: nos lave-linges polluent de manière conséquente l’eau. On estime que chaque année, l’équivalent de 50 milliards de bouteilles en plastique sont rejetées dans les océans rien qu’à cause de nos machines

 

!

Guppyfriend

En attendant que les lave-linges soient pourvus d’un filtre à microfibres plastiques, ce qui devrait être le cas à partir de 2025 en France, vous pouvez faire l’acquisition de solutions alternatives comme le

 

Guppyfriend. Ce sac s’utilise comme une housse de lavage

 

: vous y glissez vos vêtements synthétiques et vous le placez dans le tambour en compagnie de vos autres habits (ceux en fibres naturelles peuvent profiter du voyage «

 

à l’air libre

 

»). À la sortie de la machine, jetez tout simplement à la poubelle les fibres récupérées par le sac

 

!

Alors prêt(e)s à laver moins mais mIeux ?

Posté

Se retrouver : la saison Automne-Hiver 2020 sous le signe de l’économie circulaire

Posté le Monday 29 Nov 2021 par Loriane.

Avec un peu de volonté, rien ne se perd, tout se transforme ! Pour répondre à la mission de 1083, nous poursuivons nos tests pour fabriquer des jeans en coton recyclé (projet Moncoton) et nous développons des partenariats pour vous proposer différents produits issus de l’économie circulaire. Lancée en 2018, notre Gamme Volontaire est fabriquée à partir de pulls de pompiers recyclés et est recyclable dans les Bornes le Relais. C’est avec une grande fierté qu’après un an de travail avec la Manufacture Regain et grâce à la FNSPF (Fédération Nationale des Sapeurs-Pompiers de France), un cardigan et des gants font leur entrée dans cette collection.

ProduitsVolontaires

L’autre pièce phare de cette collection, aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur, c’est notre surchemise en collaboration avec Les Hirondelles. Il y a quelques temps, nous vous avions raconté son histoire et son processus de fabrication dans cet article. Sa particularité ? Elle est fabriquée à partir de chutes de Denim Original. Grâce au surcyclage de nos propres denims, rien ne se perd, tout se transfome ! Avec sa coupe parfaite et son allure décontractée, c’est un véritable basique à avoir dans son vestiaire.

Collaboration Hirondelle

En investissant dans la relocalisation et dans l’amélioration continue de la qualité des vêtements, on prolonge leur durée de vie. Au grès des usures, des changements de morphologie et de goûts, ils existent de nombreuses alternatives pour donner une seconde vie à nos vêtements : le don, le rémploi, le surcyclage, et au bout du bout le recyclage. Avec vous nous avons créé le rayon « Adopte un jeans » il y a 5 ans (janvier 2016) dans nos boutiques pour vous permettre de revendre vos anciens jeans. Dans notre boutique 1083 du 114 rue de Turenne à Paris, vous trouvez aussi un bac de collecte de jeans. Vos vieux jeans nous servent pour le projet Moncoton, afin d’industrialiser dans notre usine Tissage de France à Rupt-sur-Moselle la production de coton recyclé à partir de vieux jeans.

Enfin, pour toucher du doigts la proximité ultime… quoi de mieux que de partager notre savoir-faire et nos patronages pour vous aider à fabriquer votre propre jeans 1083 à la maison, votre jeans 0km ! Avec la styliste et modéliste Sophie Valantoine et les éditions Eyrolles, nous avons créé « L’atelier du jeans ». Ce livre rassemble 11 de nos modèles de jeans, pour homme, femme et enfant, adaptés aux machines à coudre personnelles. Toutes les étapes sont détaillées en photos et les patrons sont fournis dans l’ouvrage… (vous pouvez même acheter la toile directement ici) On a hâte de recevoir vos photos ;-)

Trouver chaussure à son pied

Certains ont encore du mal à croire que fabriquer des chaussures en France est possible, mais tous les chemins mènent à Rom…ans ! En complément de notre atelier de sandales Max Vincent, nous nous faisons grandir les uns les autres avec nos ateliers partenaires Magic Feet et Insoft à Romans et La Manufacture 49 à Mauges-sur-Loire. Grâce à vos commandes et à ce travail d’équipe, nous augmentons nos capacités de production de chaussures et créons des emplois. Chaque nouvelle saison, nous enrichissons nos collections grâce à vos retours, vos idées, vos remarques.
Côté couleurs, nous avons travaillé le vert sapin, le cuivre, le noir… Côté modèles, nous avons ajouté quelques modèles originaux… que vous avez beaucoup aimé ! Plaisir communicatif ;-)

Nouveaux Modèles Sneakers

Posté dans 1083

Automne-Hiver 2020 : Une saison pour se (re)trouver

Posté le Sunday 26 Sep 2021 par Loriane.

Au cœur de notre processus de création, toujours la même intention depuis 7 ans, fabriquer au plus près de chez vous des produits de qualité que vous garderez longtemps ! Des jeans évidemment, mais pas que… Saison après saison, grâce à vous, à toute l’équipe et à nos partenaires, nous élargissons nos créations pour vous proposer des sneakers, pulls, ou encore accessoires fabriqués à moins de 1083 km de chez vous. Il reste évidemment du chemin à parcourir, des ouvrier(e)s à former, des savoir-faire à réapprendre, des ateliers à développer, mais peu à peu, tous ensemble, nous faisons (re)vivre la filière textile française.

Notre dernière collection - Voyage à Menton - a été particulièrement touchée par la crise sanitaire, nos ateliers étant à ce moment concentrés sur la fabrication de masques et le shooting ayant dû être annulé suite au confinement. Mais cette période nous a aussi rappelé à quel point il était important d’être solidaire avec nos producteurs et commerçants et a accéléré la prise de conscience déjà naissante chez les consommateurs français. Pour cette saison hivernale plus que jamais, nous voulions représenter ce renouveau, appréhender le monde avec un regard optimiste et bienveillant.

Notre objectif pour la collection Automne-Hiver 2020 : s’inspirer les uns les autres pour accélérer le changement. On vous souhaite autant de plaisir à la découvrir et à la porter que nous en avons eu à la concevoir !

se retrouver

Et si on se mettait au vert ?

Chaque nouvelle collection est l’occasion de vous embarquer un peu plus dans notre aventure et de partager nos messages. Chaque vêtement s’inscrit dans le thème de la saison, en étant pensé et éco-conçu pour vous accompagner le plus longtemps possible. Cet automne, nous avons revisité l’expression « Se mettre au vert » qui implique une action de retrait, un retour aux sources qui fait aussi implicitement allusion à la nature. Pour prendre le large et vous retrouver, nous avons misé sur des coupes différentes, plus assumées mais toujours avec un confort à toute épreuve. De ses origines à sa palette de couleurs, jusqu’au lieu du shooting, cette collection puise directement son inspiration dans la nature. Pour nos motifs par exemple, nous nous sommes inspirés des tons forestiers pour nos couleurs de denim et de cuir, ou bien encore des cartes topographiques. Nous voulions que chaque pièce représente nos enjeux : la proximité, l’humain et l’environnement.

Vous le savez, l’âme de 1083 c’est nos jeans, tous fabriqués en coton biologique ou fibres recyclées. Cette fois, nous les avons littéralement « mis au vert » en déclinant notre denim historique, le DenimOriginal(toile 100% coton inspirée du Sergé de Nîmes) en couleur kaki. Ce denim est filé et tissé à Rupt-sur-Moselle, dans notre filature-tissage Tissage de France. C’est un réel bonheur de savoir que notre travail et vos achats contribuent concrètement à la relocalisation des savoir-faire et à la création de nouveaux emplois dans la filière textile. Ce coloris est disponible pour deux nouveaux modèles, le cargo et le ballon, des coupes quotidiennes mais un peu plus audacieuses. Il est aussi essentiel de rappeler que derrière chaque nouveauté, c’est une équipe qui fait de son mieux pour vous satisfaire. Cela passe d’abord par Charline qui a géré le développement de cette collection en équipe avec Jessica, notre modéliste, qui a travaillé sur les patrons. Mariya, Tien et Servete ont ensuite réalisé les prototypes avant la mise en production organisée par Charlotte et Élodie. Ultime étape avant d’arriver chez vous, ce nouveau modèle sera examiné par les mains expertes et les yeux attentifs de Mélanie pour le contrôle qualité.

Posté dans Mode Éthique

Ceci n'est pas un bilan mais un manifeste !

Posté le Thursday 11 Nov 2021 par Adja 1083.

Si l’année, marquée par la crise de la COVID-19, a été particulièrement déroutante, elle nous offre une occasion unique et salutaire. Celle de reprendre le pouvoir d’insuffler du sens à nos actes et à nos consommations !

Face à une société « du trop », depuis 7 ans, à moins de 1083 km de chez vous, nous nous investissons pour promouvoir une autre alternative que nous savons possible : celle du local, du durable et de la transparence !

Alors merci à 2020 de nous conforter dans nos engagements et de nous permettre d’être plus nombreux à faire ces choix !

La relocalisation n’est plus une option mais la solution.

Enfin, la prise de conscience a été collective et sans appel : nous ne pouvons plus nous offrir le luxe de ne pas préserver nos savoir-faire, notre industrie, nos emplois près de chez nous.

Face à un monde déstabilisé, l’investissement des entreprises françaises pour fabriquer des masques (notamment l’opération un masque = un soignant) a été révélateur : la proximité et le redéveloppement de nos ressources est la clef pour construire un avenir serein.

Et notamment vers la plus grande mission que s’est donnée 1083 : amener chacun(e) à intégrer la boucle infinie de l’économie circulaire pour réduire sa consommation.

Et, pourtant cette année, les aléas furent nombreux : la fermeture de nos boutiques par deux fois, l’arrêt d’une grande partie de notre production pendant le premier confinement, le shooting de notre collection Menton annulé, le report de notre rendez-vous incontournable, le Salon du MIF et l’arrêt du projet du cube Jourdan.

Face à ces événements qui auraient dû nous affaiblir, nous ressortons grandi avec la création d’une dizaine d’emplois, un record du nombre de nos commandes WEB et l’élargissement du nombre de nos revendeurs !

Grâce à votre confiance dans notre projet nourrie par notre transparence, ensemble, nous continuons d’aller toujours plus loin !

Et notamment vers la plus grande mission que s’est donnée 1083 : amener chacun(e) à intégrer la boucle infinie de l’économie circulaire pour réduire sa consommation.

Parallèlement à l’élargissement de notre proposition de produits recyclés (notre gamme volontaire, nos chemises surcyclées en collaboration avec les Hirondelles, nos accessoires d’hiver…) nous avons connu deux temps forts ces derniers mois.

En octobre, lors des trophées de la mode circulaire, notre jeans infini et consigné a reçu le prix honneur Entreprise lors de la cérémonie des Trophées de la mode circulaire. Une consécration pour le travail mené par notre équipe !

Et, depuis plusieurs semaines, l’accueil incroyable que vous réservez à notre livre l’Atelier du jeans, qui vous permet de créer votre jeans 0 km à la maison avec votre machine à coudre familiale nous donne des ailes et des idées… Alors prêt(e)s à devenir les maillons forts de l’économie circulaire ?

Toute l’équipe 1083 tenait à vous remercier pour cette année écoulée et les six précédentes ! Vos encouragements, vos commandes, vos achats, vos questions et même vos critiques sont les moteurs incroyables de notre entreprise !

Rendez-vous tout au long de l’année 2021 pour continuer à grandir ensemble.
Excellente année à tous !

Posté dans Général

L'industrie du textile : le monde d'après

Posté le Wednesday 23 Jun 2021 par Alice.

L’ébranlement qu’a provoqué la crise du Covid-19 offre une occasion exceptionnelle d’observer les forces et les faiblesses de nos organisations. A partir d’une série de constats, on vous propose de se poser des questions pour mieux envisager ensemble le monde du textile… d’après!

Dégringolade des achats de mode : notre look a-t-il souffert ?

Dans le secteur du textile, la chute des ventes qui s’est amorcée durant le premier confinement a été spectaculaire, de l’ordre de moins 50% pour les grands groupes de la fast fashion. Même si les achats sont repartis depuis, les experts du marché tablaient à la mi-année sur une baisse d’au moins 12% des ventes mondiales sur 2020.

Avec près de 90% des boutiques fermées sur la planète au plus fort des confinements et une perte de revenus qui encourageait chacun à consommer moins, nous nous sommes dispensés d’acheter des tonnes de vêtements. Cette rupture dans nos actes d’achat a-t-elle été problématique pour chacun d’entre nous ? Nous sommes-nous trouvés face à des impasses vestimentaires – difficultés techniques de nous habiller le matin, écroulement irréversible de notre style ? Le fait d’acheter moins d’habits a-t-il vraiment impacté notre bonheur de vivre ? Le fait est que non…

Bon gré mal gré, le ralentissement lié à la crise nous a engagé sur la piste de la slow fashion. Cela nous a fait expérimenter collectivement le «consommer moins». Il semble que nous ayons passé le test avec succès. Aujourd’hui, dans le monde d’après, n’est-ce pas le moment de continuer ?

Chute des importations : que deviennent les ouvriers jetables ?

Les annulations de commandes en direction des pays producteurs, avec en tête le Bangladesh, la Chine et le Cambodge, ont provoqué un arrêt en masse des usines et une perte d’emploi temporaire ou définitive pour des millions d’ouvriers du textile. En mai, on comptait, par exemple, une centaine d’usines cambodgiennes fermées et plus de 100000 ouvrières privées d’activité.

Depuis la catastrophe du Rana Plaza en 2013, le mouvement Who made my clothes ? lancé par le collectif Fashion Revolution, nous invite à nous interroger sur ces petites mains qui confectionnent nos vêtements. Cet intérêt porté aux personnes qui se cachent derrière nos produits de mode est d’autant plus fondamental aujourd’hui. La transition écologique que nous devons amorcer mondialement doit précisément replacer le respect des femmes et des hommes au centre de nos modes de production.

L’engagement des marques éthiques pour favoriser la fabrication responsable et équitable est inestimable dans ces situations de crise. Les ouvriers travaillent dans de bonnes conditions et perçoivent un salaire juste. Un lien s’est tissé durant des années avec les usines et ceux qui y travaillent. Contrairement à la plupart des marques du textile, leur modèle économique ne repose pas sur des volumes de production gigantesques créés à bas coûts et vendus à bas prix. C’est avec ces marques responsables que l’on peut envisager un rebond pour les salariés lorsque surviennent des diminutions d’activité de grande ampleur comme celle liée au Covid.

Fabrication de masques : les industries françaises réinvesties ?

Depuis des décennies, l’industrie textile française a été démantelée, délocalisée …Et pourtant, lors de la pénurie de masques, elle a répondu présente. Plus de 250 entreprises françaises se sont mobilisées pour se convertir en fabricants de masques réutilisables. En un rien de temps, elles ont su se réorganiser et confectionner pas moins de 2,5 millions de masques par jour dès le mois de mai. En optimisant leurs processus, elles ont ensuite atteint une production quotidienne de 10 millions d’unités. La fabrication de surblouses a dans la même logique été assurée par des corsetiers, des fabricants de linge français…

Grâce à cette crise, les Français ont pu se rendre compte que si elles sont devenues rares, les industries françaises du textile existent. Elles sont réactives, volontaires et disposent d’un savoir-faire encore bien vivant. Acheter des masques français a préparé le terrain pour le monde d’après. Pour le moment, 5% des vêtements vendus en France sont Made in France. Et si on se mobilisait pour faire grimper durablement ce petit pourcentage, à travers une réindustrialisation nouvelle ère, à la fois à petite échelle et éco-responsable ?

La pandémie a mis un coup de projecteur sur l’importance de disposer d’industries locales, capables de produire en France, mais également d’utiliser des ressources françaises. D’où l’importance de booster aussi notre capacité à recycler le textile! Nouvelle encourageante : en pleine pandémie, l’Union européenne a exposé la feuille de route de son Green Deal (Pacte Vert), un programme qui vise à rendre notre économie propre et circulaire. Dans ce cadre, nos pays européens ont pour la première fois défini des actions communes pour le textile. Parmi les principaux axes retenus, on retrouve l’écoconception, le réemploi et le recyclage. Et cet automne, l’Agence de la transition écologique (Ademe) a justement lancé un appel à projets pour structurer la filière autour du recyclage. D’ici 2025, elle cherche à doubler la capacité française de recyclage des vêtements, des chaussures et du linge de maison mis sur le marché.

Confinement Made in France : même pas peur ?

Frontières et magasins fermés, portes closes… Vivre le confinement et l’après quand on est une entreprise de vêtements Made in France, qu’est-ce que ça change ? Les marques de mode qui ont fait le choix de fabriquer localement leurs produits investissent depuis des années pour recréer des chaînes de production courtes. Les principes qui fondent leur développement sont de vrais atouts pour mieux gérer les conséquences de la crise.

Chez 1083, l’annonce du premier confinement a signifié la fermeture de nos cinq boutiques et de nos revendeurs. Mais notre recherche permanente d'équilibre entre nos ventes en magasins et en ligne nous a permis de maintenir une activité pendant ces quelques semaines. En effet, une partie de l’équipe travaillant au sein de notre siège historique de Romans-sur-Isère est restée mobilisée pour que le service logistique et le service client assurent un service minimum pour nos commandes Internet. Cette résilience a été possible grâce à notre organisation : pas de sous-traitance pour ces services qui sont internes à 1083. De la même manière, nos jeans, vêtements et chaussures sont confectionnés par de multiples ateliers partenaires afin d'assurer une filière en réseau. Nous avons ainsi maintenu nos commandes chez nos partenaires pour donner de la visibilité à chacun et continuer à développer notre activité.

Pour donner suite à la demande du monde médical et paramédical local, notre atelier de couture de Romans est devenu un atelier de confection de masques ! Face à la pénurie de protections pour les soignants près de chez nous, une chaîne de solidarité incroyable s’est organisée. De la fabrication à la distribution des masques, ce sont des centaines de personnes qui se sont mobilisées à nos côtés ! Parallèlement à cet élan, une prise de conscience collective sur la nécessité de consommer localement a permis à notre entreprise de voir ses commandes sur internet connaître un bond incroyable. Si nous comparons la période de mai à novembre 2019 et celle de mai à novembre 2020 sur 1083.fr, la progression des ventes est de 81% !

Produire à moins de 1083km est la raison d’être de la marque 1083. Aujourd’hui, dans ce monde d’après, cette raison d’être fait encore plus sens. Notre modèle de relocalisation, de proximité, de réappropriation des savoir-faire résonne de plus en plus au sein de nos foyers, dans nos discussions, dans nos actes. Nous sommes desormais de plus en plus nombreux sur cette route des 1083 km. Et prêts à construire la suite, ensemble.

Posté dans Général

Billets de 1 à 5 sur un total de 387
par page |
ASC