Blog

Tout savoir sur nos nouveaux jeans délavés

Posté le Tuesday 15 Mar 2022 par Romain.

Depuis nos débuts en financement participatif en 2013, nous avons créé 1083 pour relocaliser toutes les étapes de la fabrication d’un jeans en France, de la filature à la confection, jusqu’au délavage. Cette dernière étape est traditionnellement l’une des plus polluantes, tant pour son impact environnemental que pour ses effets néfastes sur la santé. Délavage à grand renfort de produits chimiques, sablage, ponçage, de nombreuses usines ont encore recours à ces techniques délétères pour fabriquer les jeans de marques du monde entier.

Après la relocalisation de la première machine laser en France en 2016, dans notre atelier de Romans-sur-Isère, l’innovation continue en 2022 avec une nouvelle collection de jeans 1083 Origine France Garantie, délavés à l’ozone en France, sans aucun impact négatif sur l’environnement.

Jeans délavés

Le délavage traditionnel

Quand le jeans s’est répandu en Europe après la Seconde guerre mondiale, il n’existait pas encore de méthode industrielle de délavage. Les jeans se patinaient naturellement à l’image de nos modèles SuperDenim indigo brut, ou on les délavait à la plage par exemple au contact du sable et de l’eau salée. Tour d’horizon des différentes techniques qui ont vu le jour depuis.

La pierre ponce

L’une des méthodes de délavage les plus connues est la pierre ponce. Une invention française ! Ce sont les créateurs Marithe+François Girbaud qui mettent au point le procédé, appelé « stonewash» en anglais, à la fin des années 1960 dans une laverie de Saint-Germain-des-Prés sur des jeans de la marque américaine Wrangler. Le délavage à la pierre ponce consiste à laver un jeans dans un lave-linge rempli de pierres. Problème, la pierre ponce perd près de la moitié de son volume lors de l’opération, ce qui oblige à rincer de nombreuses fois le jeans pour se débarrasser des poussières, rendant le procédé énergivore en eau.


C’est terrible car en inventant le stonewash, on n’avait pas conscience qu’on inventait une pollution” commentait François Girbaud 40 ans plus tard lors de la présentation du délavage laser avec l’entreprise Jeanologia à Las Vegas.

Le sablage

C’est la méthode la plus controversée et la plus dangereuse pour les ouvriers. Cette technique est encadrée en France depuis 1969, mais elle reste pratiquée sans cadre réglementaire dans de nombreux pays. Elle expose les travailleurs aux particules de silice qui peuvent être inhalées et causer de graves problèmes respiratoires.

Les produits chimiques

Depuis les années 1970, le délavage chimique a été largement industrialisé avec des agents blanchisseurs tels que le permanganate de potassium, l'acide ou la javel. Des produits dangereux pour l’environnement et la santé s’ils sont utilisés en grandes quantités, sans protection adéquate, et sans traitement final des eaux usées. En 2010, Greenpeace alertait sur la pollution de la ville de Xintang, considérée comme la capitale du jeans en Chine. Présence de métaux lourds dans la rivière locale, surconsommation d’eau, dangers pour la santé des ouvriers, de nombreux reportages ont documenté ces pollutions générées par l’industrie du jeans à travers le monde.

effet délavé@Greenpeace

La durabilité émotionnelle d’un jeans délavé

Parce qu’on aime le patiner, l’user, un jeans a une durée d’usage bien plus longue qu’un pantalon. C’est ce qu’on appelle la durabilité émotionnelle ou immatérielle. En effet, à usure ou même trou égal, on portera encore son jeans, alors qu’on jettera son pantalon. C’est pour ça que la durabilité émotionnelle d’un vêtement est un sujet préalable à sa durabilité matérielle.

Fabriquer des vêtements qui ne durent pas n’a aucun sens, et fabriquer des vêtements qui durent ne fait sens que si on a durablement envie de les porter. C’est pour cela que nous préférons le style à la mode.

C’est presque contre-intuitif mais le jeans délavé est l’illustration même de la durabilité émotionnelle du jeans. C’est pour cela que nous nous sommes tant investis pour fabriquer en France et proprement, des jeans délavés de grande qualité. Bienvenue dans cette nouvelle filière locale !

À l’origine de notre démarche : le délavage laser

Pour proposer des jeans délavés inoffensifs pour la planète et la santé, Charlotte, notre responsable de production, et Thomas ont rencontré l’entreprise espagnole Jeanologia début 2016, leader dans les techniques de délavage propre. Quelques mois plus tard, nous installions en France la première machine de délavage laser dans notre atelier de Romans-sur-Isère. Nous avons eu recours à cette technique pour lancer nos premiers jeans délavés. Au fil des années, nous avons pu tester le procédé, découvrir ses atouts, et développer ce savoir-faire.

Le choix du délavage à l’ozone

Le délavage laser a vu le jour dès 2003 avec l’entreprise Jeanologia. Le point fort du laser ? Il assure le marquage d’un jeans, sans eau ni produits chimiques. S’il permet de créer des motifs et de donner des effets d’usure personnalisés au jeans, le laser ne permet pas d’éclaircir la globalité d’un jeans. Pour obtenir un délavage homogène et écoresponsable, nous avons travaillé le délavage des jeans à l’ozone avec notre partenaire Bleu Océane.

Un procédé écoresponsable et relocalisé

Bleu Océane est installée à Beauvoir-sur-Mer en Vendée et s’est équipé, comme nous, de machines Jeanologia. Son procédé de délavage à l’ozone est en cours de certification GOTS, le même label environnemental que pour notre coton biologique. L’ozone a plusieurs avantages : il produit de très beaux bleus, ne génère aucune pollution et réduit les cycles de lavage. Le processus ne consomme que 3 litres d’eau par jeans. Avec Bleu Océane, nous avons créé quatre jeans délavés, pour homme et pour femme, dans deux coloris indigo : le bleu clair et le bleu océan plus foncé.

L'équipe 1083

L’ozone, c’est quoi ?

L’ozone est un gaz présent dans la stratosphère. C’est lui - rappelez-vous de la couche d’ozone - qui nous protège des rayons ultra-violet du soleil et permet la vie sur Terre. Pas de panique, nous n’allons pas le chercher si loin ! Il est obtenu en recomposant des molécules d’oxygène (O3). Grâce à sa propriété corrosive, l’ozone délave la teinture à l’indigo et crée l’effet d’usure. Après utilisation, il est automatiquement décomposé en dioxygène (02), ce qui assure son innocuité.

Le délavage à l’ozone : étape par étape

Un premier lavage
La première étape est un lavage en bain court, c’est-à-dire rapide avec peu d’eau. En clair, il s’agit de nettoyer les jeans à l’aide d’enzymes dans une grosse machine à laver pour préparer le tissu.

Jeans délavés

L’effet atmosphérique à l’ozone

Une fois séché, place au traitement atmosphérique, c’est-à-dire sans eau et avec l’ozone. Cette étape permet de délaver les jeans en donnant de jolies nuances de bleu à la matière. Comment ça marche ? Les jeans sont simplement mélangés à des linguettes humides pour que l’ozone vienne éclaircir la teinture indigo des jeans. L’ozone dégrade uniquement le colorant indigo et non la fibre. C’est une différence de taille avec un délavage traditionnel. Pour notre jeans délavé bleu océan, le traitement s’arrête là.

Pour nos jeans délavés clairs

Les jeans délavés clairs passent par une étape supplémentaire : l'effet brouillard. Cette technique permet de brumiser de très petites quantités d’eau et de chlore sur le jeans, en réduisant au maximum leur utilisation et en supprimant tout résidu.

Jeanologia

Le rinçage en machine

Après toutes ces étapes, la dernière est un rinçage rapide, en bain court pour économiser un maximum d’eau, avec un assouplissant qui apporte de la douceur aux jeans.

Organisés en complémentarité les uns aux autres, voilà comment nos ateliers innovent ensemble et fabriquent en France des jeans délavés respectueux de l’environnement à moins de 1083 km de chez vous. « Il va sans dire que l’on est gagnant d’un point de vue environnemental puisque l’on peut mesurer au gramme près les produits utilisés et que l’on divise par deux nos rejets en eau, tout en ayant un résultat proche d’un délavage traditionnel » résume Rodolphe Bled, le dirigeant de l’atelier Bleu océane.

Posté dans Savoir-faire

Panorama des tissus 1083

Posté le Saturday 13 Mar 2021 par L'équipe 1083.

Vous avez peut-être remarqué que votre jeans droit 1083 n’avait pas le même denim que votre jeans slim. Nos modèles se distinguent en effet par leurs coupes, mais aussi par leur tissu. On vous propose de découvrir ici tous nos denims !

Au fait, le denim, c’est quoi ?

Le denim est un tissu qui possède une armure sergée, ce n’est donc pas une toile, mais un sergé denim. Vous avez dit « armure » ?! Dans le textile, ce terme désigne le mode d’entrecroisement du fil de chaîne (vertical, bleu sur nos denims bruts) et du fil de trame (horizontal, blanc) qui forment le tissu.

Dans le sergé, la façon dont ils s’entrecroisent (1 fil dessus, 2 fils dessous, avec un décalage de 1) augmente la densité de fils donc la résistance du tissu, et crée un effet de diagonale. Par définition, un jeans est toujours confectionné à partir d’un tissu denim.

Le tissu « sergé de Nîmes » était à l'origine un mélange de laine et de soie. Ce tissu pouvait être réemployé et rapiécé, donc de première nécessité, il deviendra le point de départ du négoce à grande échelle pour la ville de Nîmes, et participera à l’essor de l’industrie de la soie au 18e siècle.

Le denim « moderne » est toujours un solide sergé qui sera produit en coton sur le continent américain dès le début du 19e siècle.

Quand l’aventure 1083 a débuté il y a 8 ans, nous sommes repartis de zéro et nous avons réappris comment faire ce tissu, afin de relocaliser ce savoir-faire ancestral en France. Au fil des années, nous progressons et sommes fiers du travail d’équipe et d’améliorations continues que nous réalisons dans nos ateliers pour tisser en France les plus beaux Denims.

Le choix des denims éco-conçus

Chez 1083, tous nos tissus denims sont respectueux de l’environnement.

Et ce, dès la matière première écologique : du coton bio – c’est à dire sans pesticides - et provenant de Tanzanie, un pays naturellement bien irrigué en eau. Pour le tissu Infini, pas de coton, mais du polyester 100% recyclé, recyclable, et consigné pour garantir un retour dans la boucle en fin de vie.

Ensuite, il y a le transport. Les 65 000 kilomètres habituellement parcourus par un jeans sont divisés par 10 grâce à la relocalisation en France de toutes les étapes de transformation du coton en jeans. C’est notre usine Tissage de France, dans les Vosges, qui fabrique la majorité de nos tissus. L’autre partie est faite par les Tissages de Charlieu dans la Loire et par Coublanc Textiles en Saône-et-Loire. Pour relocaliser en France la première étape, le coton, nous consacrons depuis 2016 toutes recherches sur le recyclage du coton à partir de vieux jeans. Dans quelques mois les premiers jeans parcourant moins de 650 km vont arriver… c’est 100 fois moins que le voyage de 65 000 km des jeans conventionnel !

Et plus on relocalise en France, plus les économies de CO2 sont importantes, car notre énergie électrique française est l’une des plus décarbonée du monde.

Pourquoi parler grammes et oz ?

La composition, la densité et l’épaisseur des fils entrent en compte dans le poids final d’un denim. On calcule ce poids en laboratoire à partir d’un prélèvement de tissu réalisé dans des conditions hygrométriques contrôlées. Cela permet d’obtenir des mesures comparables. En France, on exprime le poids en gramme par mètre carré, mais d’autres pays utilisent une unité anglo-saxonne, l’once, dont le symbole est « oz », signifiant « once par yard carré ». Pour tous les tissus 1083, nous indiquons les deux.

Un tissu lourd en coton sera souvent plus résistant. À l’inverse, plus léger, il apportera plus de confort au porté mais perdra en solidité. Tout l’enjeu est de trouver le bon compromis, qui plus est lorsqu’on fabrique un tissu éco-conçu où on limite au maximum les mélanges de matières pour faciliter le recyclage. Pour augmenter la qualité des tissus, nous nous appuyons sur le savoir-faire de notre filature, en réalisant un double retordage de nos fils de chaîne et de trame. Doubler 2 fils fins offrant plus de résistance qu’un seul fil, cette technique dope la résistance de nos sergés… peut-être vous souvenez de la démonstration que nous avions réalisé avec Mac Lesggy dans le reportage E=M6!

Les denims 1083

Le Denim original

300g/m² (10,71 oz) pour le brut, 320g/m² (11,43 oz) pour le noir

100 % en coton issu de l’agriculture biologique, le Denim original est LE tissu originel de 1083. C’est avec lui que les premiers jeans de la marque ont été confectionnés ! À la fois souple et confortable, il est appréciable même en été. Dépourvu d’élasthanne, il est adapté aux coupes droites ou amples (comme les modèles ballon ou cargo), notamment les jeans 101, 111, 171, 201, 202, 218 et 251.

Nous l’avons nommé le Denim Original car il rappelle l’étoffe du sergé de Nîmes que Thomas a trouvé au musée municipal de Nîmes en 2012 quelques mois avant de lancer 1083 en financement participatif.

Le SuperDenim

370 g/m² (13,21 oz)

Tout en coton bio, le SuperDenim est inspiré des denims Selvedge* : son tissage est très serré, ce qui le rend particulièrement résistant. Son aspect robuste et sec se rapproche du jeans traditionnel.

C’est la raison pour laquelle nos jeans 101 et de nos sneakers 903 sont en SuperDenim.

*Selvedge correspond à la contraction anglaise de «Self-finished edge», qui en français signifie «bord fini».

Un tissu Selvedge est un denim dont les extrémités sont renforcées par des lisières. Le bord du tissu a la spécificité d’être fini au cours du tissage, et non coupé et cousu par la suite.

 

Le SuperDenim Flex

400 g/m² (14,29 oz)

Proche de notre SuperDenim, mais avec 1% d’élasthanne, le SuperDenim Flex est à la fois robuste et extensible. Sa teinture indigo, qui se patine au porté contribue à sa touche authentique.

Grâce à son confort, le SuperDenim Flex est utilisé dans nos modèles de jeans 105, 203, 218, 258 et 291 et pour nos vestes 602 et 702.

Le FiliDenim Flex

350g/m² (12,5 oz) pour le brut, 330g/m² (11,79 oz) pour les autres couleurs

Le FiliDenim Flex comporte 98,6% de coton bio et 1,4% d’élasthanne. Souple et extensible, il se prête très bien aux coupes slim et près du corps grâce à sa finesse. Doux, il est en plus agréable contre la peau. C’est le sergé que nous utilisons pour les modèles de jeans 104, 204, 254 et sur nos chinos 163, 169 et 264.

Le MicroDenim DoubleFlex

320 g/m² (11,43 oz) pour le noir

Si vous cherchez un denim ultra-confort, le MicroDenim DoubleFlex est tout indiqué. En coton bio avec 1,6 % d’élasthanne, sa douceur et son effet stretch servent à merveille les coupes skinny. Ce denim a la particularité d’être émerisé pour gagner en douceur. Cette étape mécanique de l’ennoblissement qui consiste à gratter le tissu avec des picots pour apporter l’effet peau de pêche du jeans 207.

Le SuperDenim Infini

270g/m² (9,64 oz)

Le SuperDenim Infini est le seul des tissus 1083 composé de polyester 100 % recyclé ! Grâce à 2 années de recherches, nous avons développé ce denim pour inventer les jeans Infini, mono-matières, 100% recyclables et consignés.

C’est notre denim le plus léger, le plus technique, le moins stretch, le plus résistant, mais aussi le plus chaud pour là mi-saison et l’hiver. Son aspect légèrement satiné apporte de la classe aux tenues.

Le SuperDenim Infini est employé dans nos jeans 181, 183, 186, 281 et 286 et sur nos vestes 681 et 781 en collaboration avec nos amis Hopaal.

Et si vous fabriquiez votre propre jean ?

Parce que nos savoir-faire sont précieux, nous les partageons avec vous pour vous aider à fabriquer votre propre jeans 0 km. À partir des conseils vidéo, du téléchargement des patronages, de la commande de notre livre de couture L’atelier du jeans avec Sophie Valantoine, ou tout simplement pour vos propres créations, nous vous proposons tous ces denims au mètre!

Posté dans Savoir-faire

Quelques inspirations pour Jourdan

Posté le Wednesday 13 Feb 2019 par sebastien.

Quelques inspirations pour Jourdan L’aventure 1083 x Jourdan avance ! En parallèle de la préparation du permis de construire qui nous offre de découvrir de nouvelles « surprises » administratives (fort heureusement surmontables) jusqu’à notre dépôt de permis en juin 2018, nous profitons de nos déplacements pour rassembler tout ce qui nous inspire !

 

Des lustres aériens à l’hôtel citizenM Paris Gare de Lyon, au restaurant du MOB HOTEL à Saint Ouen, en passant par les espaces téléphoniques des openspace de la société NewQuest à Chambéry, jusqu’aux salles de travail des openspace de la bibliothèque universitaire de Grenoble, les inspirations sont partout ! 20180413 (1)20180413 (2)20180413 (4)

Posté dans 1083 Savoir-faire

Notre équipe est à Marseille !

Posté le Monday 14 Jan 2019 par sebastien.

Notre équipe est à Marseille !
Voilà une photo sur le vif qui résume toute l’aventure 1083 !
Prise lundi à Marseille chez notre partenaire Création Anais avec qui nous confectionnons nos jeans depuis nos débuts il y a 5 ans, elle dit tout du travail d’équipe que l’on construit en interne et avec nos partenaires...

 

- au premier plan il y a Émilie, modéliste 1083, qui parle patronnage et placements avec Aram, le responsable de l’atelier, - à gauche vous retrouvez ensuite Charline, responsable des collections 1083 qui échange sur les nouveautés à venir avec Edouard, le gérant, - derrière, David et Mélanie, du service qualité 1083, coordonnent leurs points de contrôles avec Paul, le responsable qualité, - enfin au fond, Mariya, mécanicienne de confection 1083, échange des astuces de montage avec Christelle et Sarah, mécaniciennes de confection.

 

Voilà, c’est notre seul secret...

Posté dans 1083 Savoir-faire

La Manufacture des drapeaux UNIC S.A à la rescousse de nos machines !

Posté le Saturday 14 Oct 2017 par sebastien.

Dans la relocalisation, il est une difficulté que l’on découvre depuis 4 ans : l’entretien et la réparation du matériel ! Ce qui prenait 2 jours à réparer lorsque notre filière était dense sur son territoire, peut prendre aujourd’hui 2 mois du fait du manque de réparateurs.

 

Alors en attendant de tomber sur le réparateur providentiel, on apprend à réparer nous-mêmes grâce aux conseils de nos confrères voisins qui se débrouillent aussi eux-mêmes ! Hier c’est Jean-Louis Gonnin, le dirigeant de la Manufacture des drapeaux UNIC S.A., qui est venu nous aider en partageant son savoir-faire. Comme vous tous avec vos jeans 1083 éco-conçus + teints + tissés + confectionnés en France, Thomas Pesquet sait-il que le drapeau français qu’il a emmené dans l’espace est riche de toutes ces aventures laborieuses, au beau sens de labeur ? 😉

 

Unic

 

 

Posté dans 1083 Savoir-faire

Billets de 1 à 5 sur un total de 19
par page |
ASC