Rencontre avec David, responsable R&D chez 1083

Posté le Friday 01 Nov 2019 par Alice

Vers quoi s’oriente la recherche et développement chez 1083 ?

Les axes forts sont bien sûr la proximité et l’éco-conception. À mes débuts ici, j’ai travaillé sur diverses pistes de nouveaux produits en matières naturelles ou recyclées. Nous avions notamment un projet de tongs entièrement recyclées et recyclables, qui n’a pour l’instant pas vu le jour. L’idée était de chercher des solutions pour produire de façon plus simple, afin de lancer ce modèle en petites séries. Puis nous avons progressivement concentré notre R&D sur une problématique précise, celle du recyclage du coton. Cela répond à deux enjeux majeurs : d’abord, nos jeans sont faits à 97 % en France… mais nous cherchons à aller vers le 100 % ! Cela implique de relocaliser alors la matière première. Or le coton ne pousse pas chez nous. Par contre, nos vieux vêtements représentent une quantité astronomique de coton inexploité ! Ensuite, même si nous utilisons du coton bio, qui est beaucoup moins impactant pour l’environnement, la culture du coton reste gourmande en eau et nous avons recours à l’importation pour faire venir la matière ici.

En quoi produire un jeans 100 % coton recyclé constitue un challenge ?

Aujourd’hui, il n’existe pas de vêtement entièrement en coton recyclé, car c’est techniquement très difficile à produire. Recycler le coton d’un vêtement signifie le retransformer dans son état d’origine, la fibre. Cela se fait par effilochage (une sorte de broyage), un traitement mécanique qui est assez agressif pour la fibre. Il faut ajouter à cela qu’à force d’avoir été porté et lavé, un vêtement a naturellement les fibres abîmées. Au final, on obtient donc une matière de piètre qualité. Pour l’instant, les vêtements recyclés que l’on trouve sur le marché comprennent seulement une part de coton recyclé, de l’ordre de 50%, voire 60% maximum. Le reste, c’est du polyester, ou du coton neuf. Et bien souvent, ce coton recyclé provient de chutes liées à la confection et non des vieux vêtements. Nous cherchons actuellement des solutions pour aller plus loin, par exemple grâce à un défibrage plus respectueux de la fibre.

Filature

Quelles sont les autres pistes étudiées chez 1083 ?

Du côté des teintures, on aimerait trouver une teinture type indigo française qui se délave, comme nous le faisons en Espagne. Il ne s’agit pas forcément de chercher à dupliquer ce qui se fait ailleurs, mais plutôt de trouver de nouvelles solutions. On voudrait aussi recourir à des teintures naturelles, par exemple avec des colorants à base de bactéries. Nos teintures actuelles sont labellisées (a minima Oekotex 100) mais nous pensons qu’il est possible de développer des teintures plus vertueuses. Du côté des accessoires, on travaille sur la fabrication de boutons et de rivets métalliques. Pour l’instant, on ne trouve plus ce savoir-faire en France, ce qui nous amène à les commander en Italie et en Allemagne. Depuis deux ans, on avance sur le sujet avec une société drômoise qui fabrique des clous pour pneus cloutés. Cet été, nous avons eu nos premiers prototypes !

La R&D chez 1083, est-ce différent de la R&D ailleurs ?

Nous veillons à cultiver un côté open source, un partage des savoirs, qui n’était pas très pratiqué jusque-là. Dans le milieu du textile comme dans la plupart des industries, on a tendance à garder jalousement les résultats de sa R&D. Nous l’avons vu lorsque nous avons démarré nos recherches sur le recyclage du coton, début 2016. Après un an d’étude de faisabilité, nous sommes parvenus à des conclusions que certains industriels connaissaient déjà. On a un peu eu le sentiment d’avoir perdu du temps, alors que l’objectif est de taille ! En France, où le textile est à la peine, nous avons tous intérêt à marcher main dans la main. D’ailleurs, en communiquant sur nos recherches et sur nos interrogations, notamment via les réseaux sociaux, nous avons été contactés par des personnes qui avaient des solutions à nous proposer. La transparence de notre marque est importante. Un autre aspect différent de notre R&D, c’est que nous ne sommes pas des acteurs historiques du textile. En n’étant à l’origine «pas du métier», en quelque sorte, on se pose beaucoup de questions qui peuvent paraître bêtes, mais qui nous font oser davantage ! Aujourd’hui, nous sommes arrivés à un stade d’expertise dont nous sommes fiers. Nous sommes reconnus dans le domaine du recyclage, et d’autres structures nous sollicitent pour les accompagner sur le recyclage textile, comme les sapeurs-pompiers. On participe ainsi de façon active à produire dans le cadre de l’économie circulaire en France. Et avec la filature Tissage de France, on ambitionne désormais de mettre en place une ligne industrielle de recyclage de jeans.

Quelles sont tes autres missions chez 1083 ?

Je gère le service qualité, dans lequel travaille aussi Mélanie. Il s’agit de contrôler les produits (matières premières et produits finis) afin de vérifier qu’ils soient conformes. Dans le cadre du développement de nouveaux produits, notre service effectue aussi des tests en laboratoire pour caractériser des toiles, selon leur composition par exemple (solidité des teintures, résistance, boulochage, etc.), ce qui nous oriente dans nos choix. Depuis peu, nous sommes aussi devenus service support pour d’autres marques que 1083, comme la marque de montres Routine. J’ai également en charge la gestion des locaux, à la fois des ateliers, des bureaux et des magasins. Je dois m’assurer que notre cadre de travail est à la fois efficace et agréable au quotidien ! Quel est ton parcours jusqu’à 1083 ? J’ai une formation d’ingénieur généraliste en mécanique avec une spécialisation en énergie et environnement. Après plusieurs expériences dans l’industrie et le service, j’ai intégré 1083, où j’ai découvert le textile. Dans les autres entreprises, pour moi, le travail manquait un peu de sens. Chez 1083, le fait que l’on soit proche du consommateur, que je puisse me mettre très facilement à sa place parce que c’est aussi mon quotidien, cela apporte un aspect concret qui me plaît. Et puis la démarche de l’entreprise et les valeurs qu’elle porte m’intéressent. Je pense qu’avoir un métier en cohérence avec ses principes, et où l’on est concerné directement par ce que l’on fait, c’est assez rare !

Au quotidien, être responsable R&D, c’est… ?

C’est collaborer avec beaucoup de monde, apprendre en continu, être toujours à la recherche d’idées. Une grande partie de mon travail repose sur les échanges avec nos partenaires pour suivre l’avancement de la recherche et rythmer tout cela. On réalise des tests, on obtient des réponses, on partage nos idées… Il y a aussi des aspects très pratiques dans mon métier. Même si je suis moins présent qu’auparavant sur le contrôle qualité, grâce à Mélanie, j’apprécie d’avoir régulièrement le produit fini sous les yeux. En regardant un pantalon, on voit le résultat de toutes les étapes de production. Et l’enjeu, c’est d’être capable d’intervenir à chaque étape pour que le jeans soit parfait !

Posté dans Général

Commentaires

Mégane 1083

Posté le 19 août 2019 11:21:48

Bonjour Jacobs,

Merci beaucoup pour ce commentaire ! Nous sommes ravis que notre innovation, le jeans Infini, et que notre démarche d'éco-conception vous plaisent tant.

Le soutien que l'on reçoit est génial et nous espérons également qu'il continuera de grandir !

Bel été également

Mégane, 1083

Posté le 19 août 2019 11:19:17

Bonjour Jimmy,

Tout d'abord nous vous remercions pour ce commentaire très positif ! Nous sommes ravis que vous ayez découvert 1083 et que vous fassiez maintenant partie de l'aventure.

Merci pour cette réflexion, en effet c'est quelque chose que nous avons mis en place pour les enfants pour l'instant ! Mais peut-être que cette idée peut être reprise pour les adultes ;-)

Belle journée

M Jimmy PENNEQUIN

Posté le 11 août 2019 16:28:18

Bonjour,

Félicitations pour votre entreprise que j'ai découverte suite à l'interview d'Arnaud Montebourg sur thinkerview. J'ai commandé mon 1er jean français chez vous aujourd'hui.
Bonne chance pour la suite de votre projet 2020.

Ma contribution à vos réflexions: je fais systématiquement repriser mes vêtements et notamment mes jeans. Ce qui sera sympa c'est d'avoir des VRAIS pièces détachées à acheter en ligne pour l'entre-jambes et les genoux. J'ai vu que vous en aviez pour les enfants (jambes de rechange).

Jimmy
0671677699

Jacobs

Posté le 8 août 2019 13:42:00

Merci pour votre engagement.
J ai hâte de recevoir mon jean infini et que vous développiez d autres vêtements de ce type.
Mon souhait est de ne porter que des vêtements réellement eco responsable, pensés et fabriqués proche de nous.
Je suis sure que bientôt nous serons nombreux à soutenir la démarche de 1083.
Bel été
Nathalie